Partagez | 
 

 Autour d'un café

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Autour d'un café   Mer 25 Mai - 11:53


Nekëlvesk s'était levé très tôt ce matin, car il recevait des invités, et pas n'importe lesquels : les Whitewave ainsi que leur futur héritier. Etrangement, ils se montraient plutôt sympathiques ces derniers temps, tout air condescendant laissé de côté, et il se demandait quelle était la combine derrière tout ça. Comme il vaut mieux connaître ses ennemis, il avait donc décidé d'entrer dans leur jeu et d'être le plus aimable possible avec eux : c'est ainsi qu'il s'était retrouvé dans un petit salon du manoir, bien installé dans un confortable fauteuil face à ses trois invités. Il avait prévenu Aisuko, mais elle avait, ce matin-là, préféré dormir et lui ne pas se montrer insistant.

Une réunion de dirigeants, cela n'avait jamais rien de très amusant. Il ne s'était pas habillé spécialement bien pour l'occasion, boitait plus que d'habitude, et avait simplement pris la peine de modifier un peu ses traits. Bien entendu, sa pipe d'opium reposait toujours dans sa main. Ils discutaient de choses et d'autres, d'affaires, sur les autres familles, tout ce qui faisait une conversation habituelle dans la haute société. Le petit Aaron se montrait particulièrement calme - Ah ! Et lui qui comptait sur le gamin pour pimenter un petit peu la journée. Mais on ne pouvait pas dire qu'ils ne l'avaient pas éduqué comme il le fallait.

En bref, il aurait préféré s'occuper de son culte ce jour-là plutôt que de se trouver ici. Mais si longue que s'annonçait la journée, c'était pour la bonne cause : peut-être leur entretien allait-il déboucher sur une alliance, ou quelque chose qui y ressemblait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Jeu 26 Mai - 21:31

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Ce matin là j'avais décidé de ne rien faire. J'avais étais un peu surchargée en émotions et en travails ces derniers temps, entre mes débuts en tant que femme politique et future dirigeante du manoir, ainsi que notre cérémonie de mariage à organiser je n'avais plus beaucoup de temps pour moi. Je profite donc de ma première journée de libre pour faire le tour du cadrant et me reposer.

Malheureusement pour moi, je me suis réveillée un peu plus tôt que je ne l'aurais voulu. Abandonnant finalement l'idée de me rendormir, après plusieurs minutes de combat acharné, je sors finalement du lit. Une forte odeur à peine réveillée vient alors me titiller les narines. J'attrape donc un oreiller et le renifle. Alors celui-là il va m'entendre ! Je lui ai déjà répété une centaine de fois d'arrêter de fumer son opium dans la chambre !

Ne voulant pas ennuyer Rosita et les autres servantes des bêtises de mon futur époux je décide de changer les draps moi-même avant d'enfiler un chemisier et une mini jupe. Je relève mes cheveux en deux couettes, noue ma cravate autour du cou et me maquille histoire d'avoir une meilleure mine.

Une fois "décente" et bien réveillée je décide de descendre dans le salon, m'attendant à trouver Nekëlvesk sa pipe d'opium à la main et le journal devant lui, tel un petit vieux. Je commence à le sermonner alors que je rentre dans la pièce.

- Shit Nekëlvesk ! Are you kidding me ?! Je t'ai dis cent fois de pas fumer dans la chambre ! J'en ai marre de passer mon temps à changer les draps ! ... euh...

A la place, qu'elle ne fut ma surprise de découvrir là mon fiancé en train de boire un café avec le couple Whitewave et leur fils unique. Je reste un instant plantée là comme une idiote ne m'attendant pas du tout à les trouver ici. Monsieur et madame Whitewave me regarde avec des yeux ronds tentant de garder leurs contenances, visiblement choqués par mon comportement.

- ... Tu aurais pu me prévenir qu'on avait des invités.


Mes yeux se pose un instant sur mes vêtements. Je n'avais pas d'espoir quant à la durée de vie de mon image de femme bien éduquée, mais de là à ce quelle éclate en seulement une semaine... Je me sens totalement dépitée.

Sentant le regard méprisant de sa femme sur moi monsieur Whitewave décida sans doute de m'aider en détendant un peu l'atmosphère et en tentant de me venir en aide. Après évidemment avoir ouvertement reluqué mon décolleté.

- Je vois que madame Darsang a du caractère ! Vous avez toute ma compassion Nekëlvesk, j'en ai une qui pousse aussi souvent sa gueulante à la maison !
Dit-il avant d'éclater d'un rire franc, sous le regard indigné de son épouse.

Je soupire, soulagée de ne plus être au centre de l'attention. Le petit Aaron s'avance vers moi, attrape ma main et l'embrasse du bout de ses lèvres. Il est tellement bien éduqué ! Ça le rend si chou ! Je le regarde d'un air mielleux totalement attendrie par cet enfant aux manières de gentleman.

- Bonjour ma dame, j'ose espérer que vous avez passé une bonne nuit ?

Je n'avais qu'une seule envie c'était de l'étouffer de bisous et de lui tirer ses deux grosses joues. Je lui sourie avant de répondre.

- Une merveilleuse nuit mon cher ami !


Il me sourit de toutes ses dents avant de se retourner vers sa mère avec un regard insistant.

- Mère s'il vous plait, puis-je allais jouer dans les jardins avec Aisuko ?

Il continu de la fixer impatient de sa réponse.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Mar 31 Mai - 19:56


En voyant Aisuko arriver, Nekëlvesk sut immédiatement qu'il y allait avoir un souci. Vu le peu de tissu qu'elle portait, il ne faisait aucun doute qu'elle ne se souvenait pas qu'il recevait du monde, ce matin. Sans compter qu'il lui semblait apercevoir de la colère sur son visage ; génial ! Et pour une fois, il aurait probablement préféré avoir tort.

- Shit Nekëlvesk ! Are you kidding me ?! Je t'ai dis cent fois de pas fumer dans la chambre ! J'en ai marre de passer mon temps à changer les draps ! ... euh...


Ne pas fumer dans la chambre ? Autant lui demander de marcher normalement. Mais là n'était pas la question. Ah, visiblement, elle venait de se rendre compte de la présence de leurs hôtes. Nekëlvesk s'en trouvait plus amusé qu'autre chose, même si se faire remonter les bretelles devant le couple le plus important de la cité n'avait grand chose de plaisant. Sur l'instant, il n'y pensait pas, et se contenta de se délecter de l'air de surprise de sa compagne et des yeux ronds des Whitewave.


- ... Tu aurais pu me prévenir qu'on avait des invités.


Ce qu'il avait fait. Tu aurais pu prendre la peine de te lever ce matin ? Non, valait mieux ne pas déclencher de dispute. Il se contenta de lui adresser un sourire faussement aimable, qui laissait clairement entendre que la situation inconfortable dans laquelle elle se trouvait actuellement le faisait bien rire.

- Je vois que madame Darsang a du caractère ! Vous avez toute ma compassion Nekëlvesk, j'en ai une qui pousse aussi souvent sa gueulante à la maison !


Il se força à ricaner, bien qu'il ne trouva pas cela drôle du tout - quoique, la tête de Mme Whitewave aurait bien mérité un petit éclat de rire - puis reporta son attention sur la conversation entre Aisuko et Aaron, le petit Whitewave. Il s'étonnait toujours autant de l'avoir vu tant grandir, et étrangement, il ressentait de l'affection pour ce petit. Quoique cela valait mieux, vu les liens qui les unissaient. Il se leva, prenant appui sur sa canne, et se tourna vers le petit garçon.

- Et si je vous accompagnais ?

Il joignit les mains avec un sourire dénué de toute mauvaise intention, pour une fois. Mme Whitewave consulta son mari d'un regard, et donna son approbation. Elle lui adressa un sourire courtois.

- Je ne vois pas le problème, après tout, il y a un bon bout de temps que vous n'avez pas passé de temps ensemble avec... les soucis que vous aviez.

Les "soucis" qu'il avait eu, en effet, avait poussé les autres familles à s'éloigner des Darsang. Personne ne voulait avoir la mafia sur les dos, l'un des meilleurs moyens de l'attirer était de s'approcher de gens à qui ils s'intéressaient. D'un côté, il pouvait comprendre. Il se tourna vers le petit Aaron, qui, lui n'avait pas donné son avis depuis le début de la conversation :

- Qu'en penses-tu ? Ca ne te dérange pas que ton parrain s'immisce dans ta petite promenade avec Aisuko ?

Après tout, c'était lui le premier intéressé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Mer 1 Juin - 3:59

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


- Qu'en penses-tu ? Ca ne te dérange pas que ton parrain s'immisce dans ta petite promenade avec Aisuko ?

Suite à ses paroles Aaron afficha une moue légèrement torturée, comme si la situation l'embarrassait. Il fini par acquiescer bien que cela semblait plus par politesse qu'autre chose.

Les parents du petit brun se levèrent avant de nous dire qu'il vont faire un tour en ville et reviendrons chercher leur fils plus tard, apparemment satisfait que Nekëlvesk se soit proposé pour faire la nounou. Nekëlvesk parrain, qui l'eu crut !

Nous nous dirigeons donc vers l’extérieur. Je ne peux m'empêcher de lancer quelques regards attendries à l'enfant. Il me faisait craquer, il était si mignon ! Je veux le même ! Alors que je m'imaginais déjà mère d'une dizaine de petit Aaron lui semblait préoccupait par autre chose, alors que notre marche progressait. Je décide d'essayer de le détendre un peu.

- Alors comme ça Nekëlvesk est ton parrain ? J'imagine que c'est pas le genre à gâter son filleul et à lui offrir des bonbons dans le dos de papa et maman !
Dis-je en ricanant et en ébouriffant les cheveux d'Aaron

Il secoua la tête pour se libérer de l'emprise de ma main. Je ne réussi pas à avoir l'effet souhaité. Il semblait toujours aussi renfrognait et se contenta de répondre.

- Je n'aime pas les bonbons de tout façon, c'est pour les enfants.

Je soupire désespérée et je ne peu m'empêcher de ressentir une pointe de honte, alors que je suis désormais âgée de 23 ans, mais ne peux pas éviter de m'enfiler un paquet de friandises dès que l'occasion le permet.

Je me demande bien se qu'il lui prend. D'habitude il est tout sourire avec moi, pas plus tard que tout à l'heure tout semblait bien aller. Serait-ce la présence de Nekëlvesk qui le met dans cet état ? Peut-être que leur relation est pire que je l'imaginait.

Je m'assoie sur un banc décidant de stopper cette balade sans aucune joie de vivre. Je me passe une main dans mes cheveux en soupirant. Aaron me fixe désormais avec des yeux pétillants. Je sourie contente de le voir retrouver de sa bonne humeur. Il vient s’asseoir à côté de moi et me dévisage en souriant.

- Je vous trouve très en beauté aujourd'hui dame Aisuko, la plus belle des femme ne serait que terne face à votre élégance. Déclara-t-il en entortillant une mèche de mes cheveux autour de son doigt.

Je ne peux pas m'empêcher de glousser les joues légèrement rougissantes. Je n'arrive pas à croire qu'un enfant de dix ans puisse me faire autant d'effet, peut-être est-ce dut à ses manière de gentleman. C'est vrai qu'il fait plus mûr qu'il n'en à l'air.

- Si tu continue je vais finir par rougir ! Je lance un regard amusée à Nekëlvesk. J'en connais un qui devrait en prendre de la graine !

Aaron paru satisfait de ma remarque et ne peux s'empêcher de regarder son parrain avec un air de défi sur le visage. C'est plaisant d'être courtisée comme ça ! Il n'a peut être que dix ans mais c'est quand même l'héritier des Whitewave, de quoi se sentir flattée !


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Sam 4 Juin - 13:11


Nekëlvesk se doutait bien que le petit garçon serait réticent à sa demande, mais il savait tout autant qu'il ne refuserait pas. En effet, Aaron acquiesça après avoir cogité quelques instants. Les Whitewave déclarèrent qu'ils se rendaient en ville, leur laissant tout le temps qu'ils voulaient pour le passer en compagnie de leur fils. Nekëlvesk aurait eu du mal à l'avouer, mais la perspective de rester quelques heures en compagnie de son filleul le réjouissait réellement. Il ne pourrait sûrement pas rattraper les années qu'il avait perdues, mais maintenant, il prévoyait de s'impliquer un peu plus dans son rôle de parrain. Après tout, si Aaron avait été choisi par sa main divine pour ce rôle, il devait, en quelques sortes, être un élu : les choses n'arrivaient pas par hasard, Nekëlvesk accordait de l'importance aux décisions prises de là-haut. Le fils Whitewave avait donc son intérêt.

En observant les regards d'Aisuko, il n'avait aucun doute sur les idées qui fleurissaient en elle : se trouver en compagnie des enfants, cela lui donnait des idées. Malheur ; s'il était très content d'avoir un filleul, des enfants à lui, ce serait de trop. Les responsabilités n'étaient pas les mêmes, ni les enjeux. Il se rappelait le passé et sentait son estomac former un noeud serré. Bon. Valait mieux ne pas trop y penser maintenant et se contenter de profiter de cette belle journée en perspective.  


- Alors comme ça Nekëlvesk est ton parrain ? J'imagine que c'est pas le genre à gâter son filleul et à lui offrir des bonbons dans le dos de papa et maman !


Il se sentit un peu vexé. D'autant plus que rien que pour les ennuyer, il n'aurait pas offert ces bonbons dans leurs dos mais bien en face d'eux. Non mais, qu'est-ce qu'elle insinuait par là ? Qu'il ne pouvait pas être un bon parrain ? S'il avait pu, il se serait bien mieux occupé d'Aaron ces dernières années.

- Je n'aime pas les bonbons de tout façon, c'est pour les enfants.

Bim, prends ça. Il eut un petit sourire satisfait.

Finalement, après avoir quelques peu poursuivi la promenade dans un silence tendu, Aisuko mit un terme à cela : elle prit place sur le premier banc à sa portée. En plein cagnard, la bougre. Elle fut bientôt suivie par le petit garçon, tandis Nekëlvesk prenait soin de foncer un peu sa peau pour éviter les coups de soleil.

- Je vous trouve très en beauté aujourd'hui dame Aisuko, la plus belle des femme ne serait que terne face à votre élégance.


Non mais, rêvait-il ou Aisuko était en train de répondre aux avances d'un enfant de dix ans ? Lui, devoir en prendre de la graine ? Son mécontentement allait en grandissant. Il grogna, se racla la gorge, puis se jeta aux pieds d'Aisuko - acte douloureux qu'il regretta dans la seconde - et, à grand renfort de gestes de gestes très théâtraux, se lança dans sa tirade :

- Ô Grande Dâme Aisuko ! Veuillez indulgemment accepter mes plus humblement sincères compliment, moi qui me couche devant vôtre beauté, m'incline devant votre regard, le poids de vôtre sagesse écrase mon coeur qui je n'en puis plus l'entendre battre ! Comment Diable (Il se signa) Ai-je pu avoir l'audace ignare de soutenir ne serait-ce qu'un jour de mon existence sans avoir vos yeux posés sur moi ? Je vous en supplie Grande Aisuko, accordez-moi l'honneur de respirer en ma présence, et je vous couvrirai de plus de cadeau que jamais parmi les cieux, les vaux, les monts et les Hommes on n'en a vus !

Il leva les yeux au ciel avec un sourire narquois.

- Toutes mes excuses Aaron, ce n'est pas pour me moquer de toi, mais enfin Aisuko, ne trouverais-tu pas la situation embarrassante si nous passions nos journées à nous parler ainsi ?

Il fit mine de ne pas avoir envie de se relever pour le moment, mais la vérité était qu'il n'y arriverait pas. Bon, reste digne, Nekëlvesk ne laissa rien paraître. [/color]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Sam 4 Juin - 19:22

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Toute la tirade de Nekëlvesk, bien que clairement sarcastique, me suffit pour retrouver mes airs de jeune fille amoureuse. Le rouge aux joues, mon souffle coupé et mon coeur tambourinant dans ma poitrine. Je ne peux m'empêcher de détourner le regard et de jouer avec mes cheveux, me sentant soudainement terriblement mal à l'aise.

- Qui sait, peut-être que je finirais par y prendre goût... Déclarais-je en tentant de garder un peu de constance.

Le comportement du petit Aaron me fit vite sortir de mon état second. Je pose un regard interrogateur sur lui, tandis qu'il semblait bouillir de rage à l’intérieur, la mâchoire crispé. Il regarda Nekëlvesk de travers avant de me regarder d'un air déterminé.

- Vous comptez vraiment l'épouser ?! Après tout ce qu'il se dit sur cet homme ?! Il a beau être mon parrain et certes je ne le connais pas plus que ça, mais avouez qu'il a tout sauf l'air net d'esprit ! D'autant plus que je suis persuadé que l'amour qu'il vous porte n'est pas sincère ! Une femme ne devrait pas avoir à exiger de son futur époux qu'il lui fasse des louanges, cela devrait lui venir instinctivement ! Dame Aisuko ! Croyez moi, mon amour à votre égard est d'une sincérité sans faille ! Epousez moi ! Je suis sur que j'arriverais à vous rendre heureuse ! Je vous traiterez en reine !

J'écarquille les yeux sous la surprise de cette déclaration enflammée. Cette histoire allait beaucoup plus loin que le crush passager d'un enfant de 10 ans. Sa façon très mature de s'exprimer me chamboulait totalement et me faisait presque oublier le fait que c'était un petit garçon qui se trouvait en face de moi.

- Mais enfin Aaron... Tu-...

Il me coupa la parole et prit mes mains dans les siennes. Il semblait de plus en plus déterminé et n'en avait strictement rien à faire de la présence de Nekëlvesk.

- Qu'es ce que vous voulez ? De l'argent ? De la notoriété ? Du pouvoir ? Je peux vous l'offrir ! Vous devez pensez que je ne suis qu'un enfant de dix ans, mais je peux vous donner bien plus que lui ne le pourra jamais ! Je n'ai peut-être qu'une dizaine d'années aujourd'hui, mais croyez moi dame Aisuko, être l'épouse du chef de la famille Whitewave ouvre beaucoup plus de portes qu'être celle du chef Darsang !

Je ne savait pas quoi dire. Je ne peux m'empêcher de lancer un regard désespéré à Nekëlvesk. Se qu'il dit devait très certainement être vrai, mais moi je l'aime cet homme pas net d'esprit et totalement fauché. Ce n'est pas par profit que j'ai choisi de me marier. Mais tout de même, c'est l'héritier des Withewave, je ne peux pas me permettre de l'envoyer bouler comme ça... D'autant plus que je ne souhaite pas lui faire de mal. Après de longue minutes de silence je me décide finalement à parler.

- Aaron, écoute moi s'il te plait. Je ne choisi pas un homme par rapport à sa réputation, je ne le choisi pas non plus par rapport à sa famille ou à son portefeuille, d'ailleurs, je ne le choisi pas tout court, c'est mon coeur qui décide. Et ce que je sais c'est que mon coeur à choisi d'épouser cet homme, qui n'est certes pas parfait, pas très net d'esprit aussi, je te l'accorde, et bien sur, il n'ai pas comme toi, il n'appartient pas à la famille la plus aisée. Mais je n'y peux rien, c'est lui que j'aime. Tu es un bon garçon Aaron, tu mérite d'être heureux avec une fille, de ton âge, bien mieux que moi, crois moi, je ne suis pas vraiment la douce Aisuko attentionnée que j'ai l'air d'être... Et puis ! Tu te prend beaucoup trop la tête pour un enfant ! Un petit garçon de dix ans ne devrait pas parler de mariage, d'argent ou de pouvoir !

Je lui caresse tendrement les cheveux tandis qu'il parait totalement abattu, je regarde Nekëlvesk, tentant de lui faire comprendre à travers ce regard de ne pas être trop dur avec lui.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Sam 4 Juin - 21:26


- ...être l'épouse du chef de la famille Whitewave ouvre beaucoup plus de portes qu'être celle du chef Darsang !

Déçu et profondément offusqué, c'était faible pour désigner le sentiment de Nekëlvesk. Pour qui ce gamin se prenait-il, à se croire supérieur à Dieu et tenter de détourner sa future femme du droit chemin? Peut-être avait-il trouvé non pas un allié mais son antéchrist. Le pire dans tout cela, c'était l'affection qu'il ressentait à son égard, et qu'on était loin de lui rendre ; ça, c'était plus vexant que tout. Il était habitué à ce que les gens ne l'apprécient pas, mais l'inverse était plus rare, et surtout plus précieux. Il ne voulait pas profiter de se voir d'office dans les bonnes grâces de l'Être divin ? Grand bien s'en fasse, cela ne se passerait pas comme ça. Aaron voulait faire l'adulte ? Il lui ferait comprendre ce que c'est, d'être un adulte. Nekëlvesk sourit. Le chef des Darsang ne se répandrait pas en grands cris et autres démonstrations triviales de colère pour la dévoiler, il était connu pour sa façon bien à lui de le montrer, sûrement plus violente que tous les colériques de la Terre - Aisuko en avait déjà fait les frais. Il vengerait son affection trahie ; pas dans l'immédiat, mais à force de petits gestes, de subtiles piques.

Le petit discours d'Aisuko calma son animosité, il porta sur elle un regard pourtant renfrogné. Il ne faisait cependant aucun doute sur le fait que, quelque part très au fond de lui-même, il lui en était reconnaissant. Mais, reconnaissant de quoi, au juste? Il était évident qu'elle n'accepterait pas les avances d'un enfant, sûrement pas après avoir passé deux ans avec l'être exceptionnel qu'il était. Dorénavant assis par terre, faute d'avoir pu se relever, Il posa les yeux sur Aaron, pleins d'un mépris qui formait un contraste éirange avec son sourire faussement aimable.

- Aurais-je mal entendu, Aaron, ou la noble personne que tu te trouves être a osé critiquer quelqu'un en sa présence ? J'en serais presque impressionné, venant d'un Whitewave ; il s'agit presque d'honnêteté. La seule chose qui manquait, c'était de me regarder dans les yeux en me traitant de fou.

Il ricana, main sur la bouche pour étouffer son rire. C'était particulièrement bien placé.

- Par ailleurs, tout le monde n'a pas la même façon de témoigner son affection. Tu me pardonneras, mais me répandre en grandes tirades romanesques à ta façon, c'est un peu fatiguant. Un peu, j'ai dit ?

Il poussa un soupir théâtral, pour planter ensuite son regard en plein dans celui du petit garçon, avec comme un air de défi.

- De toute façon, Aisuko a fait son choix - ou son coeur, si elle préfère - depuis longtemps, il n'y a pas à revenir dessus, et aucune loi ne stipule que ta famille sera plus avantagée que la nôtre pour toujours. Dans quelques temps - quand vous vous serez aperçus de ma supériorité divine - être la reine des Darsang sera d'un grand prestige, et ouvrira au moins autant de portes que d'appartenir aux Whitewave ; j'y travaille. Cela dit, je rejoins ma femme sur le fait que tes préoccupations sont bien sérieuses pour ton âge, et maintiens que cette conversation n'a pas lieu d'être : je ne vais pas me quereller avec un enfant.

Les mots n'étaient pas choisis au hasard, voilà qui n'allait pas plaire à ce sale gosse. Ils venaient cordialement de déterrer la hache de guerre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Sam 4 Juin - 22:13

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Il me semble apercevoir un vague sourire narquois sur le visage d'Aaron. Celui-ci disparu trop rapidement pour que je puisse vraiment en saisir le sens. Le petit garçon qui avait gardé la tête baissée pendant tout ce temps, se cachait derrière sa frange. Je pu pourtant sans problème distinguer des larmes couler sur ses joues tandis qu'il était secoué par des sanglots de plus en plus présent.

- ... Si on m'avait laissé le choix... j-j'aurais v-voulu être un en-enfant normal...

Il éclate en sanglots dans mes bras. Je le serre tendrement et lui caresse le dos. Ses pleures sont étouffés par mon opulente poitrine. Je lance un regard noir à Nekëlvesk alors que j'essaye vainement de calmer se frêle petit garçon, qui pleurait le visage enfouie dans ma poitrine.

- Tu n'as pas honte Nekëlvesk ! Parrain indigne ! Comment oses-tu faire pleurer ce pauvre petit trésor !


Je rassure Aaron du mieux que je peux, il fini alors par se détacher de moi, tout en reniflant, ses yeux encore larmoyant. Je pose mes mains sur ses épaules et le fixe de mes iris bleues qui se veulent rassurantes.

- Je connais un remède génial pour les petite déprime ! Crois moi tu n'es pas le premier que Nekëlvesk fait pleurer ! Dis-je en adressant un regard lourd de sens au concerné, avant de me lever en reportant mon attention sur Aaron. Aller viens je vais te montrer !

Il saisi ma main alors que je continuais de lui sourire de toutes mes dents. Je commence donc à regagner le manoir, suivi de prêt par Aaron. Sans que je n'en sache rien, ce dernier en passant devant Nekëlvesk lui murmura avec un sourire narquois aux lèvres.

- N'oublis pas qu'être un enfant a aussi ses avantages.
Murmura-t-il avant de reprendre son expression triste.

J'emmène Aaron dans une pièce du manoir, pas très grande, mais quand même suffisamment pour contenir un piano à queue, une bibliothèque et un gros fauteuil en velours rouge. Je fais s’asseoir Aaron dans le fauteuil et le regarde d'un air rassurant.

- J'adore cette pièce, elle est assez reculé et peu fréquentée, on s'y sent bien. A chaque fois que j'ai le moral à zéro je m'isole ici et mange un pot de crème glacé ! Je vais en chercher d'ailleurs ! Ne bouge pas d'ici je reviens tout de suite !


Je dépose un petit bisou sur sa joue avant de partir dans la cuisine à la recherche de ma glace. Je la sort du congélateur et m'enfuie avec. Je récupère une couverture posée sur le canapé avant de me diriger vers l'endroit ou j'ai laissé Aaron. Je tombe sur un Nekëlvesk, me faisant face visiblement agacé. Je le regarde sans rien dire, les bras chargés, attendant qu'il parle.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Dim 5 Juin - 12:44


- Tu n'as pas honte Nekëlvesk ! Parrain indigne ! Comment oses-tu faire pleurer ce pauvre petit trésor !

Honte ? Bien sûr que non ! Ce gamin tentait de convaincre sa fiancée de le quitter, suggérait tout en délicatesse de le renvoyer à l'asile, et avait trahi l'amitié qu'il lui portait. Il y avait là de quoi s'énerver,  Nekëlvesk ne regrettait pas. Parrain indigne, peut-être, mais Aaron n'en demeurait pas moins un filleul indigne, ça, Aisuko n'avait pas l'air de le remarquer.

- Je connais un remède génial pour les petite déprime ! Crois moi tu n'es pas le premier que Nekëlvesk fait pleurer ! Aller viens je vais te montrer !


Ah ! Eh voilà que madame lui rappelait ses vieilles rancoeurs. Ce n'était pas de sa faute, à lui, si tout le monde semblait tout faire pour le contrarier. Il leva les yeux au ciel. Mieux valait ne pas riposter, s'écraser ; si Aisuko s'énervait encore contre lui, le petit merdeux aurait gagné. Mais la petite phrase que ce dernier lui glissa en douce lui fit comprendre qu'il avait besoin de moins que ça pour crier victoire.
Une fois les deux éloignés, Nekëlvesk resta là un petit moment, à brûler au soleil et réfléchir à ce qu'il venait de se passer. La situation le frustrait. Il aurait voulu que cela se passe bien avec le petit Aaron, et tel qu'il semblait être, ce petit allait lui causer des ennuis une fois au pouvoir. Il se demanda s'il ne ferait pas mieux de s'arranger pour que le couple Whitewave reste en vie le plus longtemps possible, et ainsi gagner un peu de temps. Il voyait déjà Aaron lui déclarer la guerre pour récupérer Aisuko - qu'il serait hors de question de céder, par amour ou par honneur.

Il se releva difficilement, du prendre une minute supplémentaire pour reprendre son souffle, et estima qu'il était temps de retourner au manoir et d'avoir une petite discussion avec sa future femme. Il y avait un point à éclaircir, un doute à dissiper. Par un heureux - ou malheureux - tour du hasard, il tomba sur elle, les bras chargés. Elle le regarda sans bouger, comme un animal face aux phares d'une voiture, et le chef des Darsang comprit que c'était à lui de commencer. Il n'y alla pas par quatre chemins :

- Ne fais pas cette tête-là, je ne vais pas te déranger longtemps. Simplement, ôte-moi d'un doute, Aisuko : si Aaron avait eu dix ans de plus, tu aurais refusé sa proposition n'est-ce pas ?

Le regard qu'il avait posé sur elle était lourd de soupçons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Dim 5 Juin - 13:21

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


-... si Aaron avait eu dix ans de plus, tu aurais refusé sa proposition n'est-ce pas ?

Alors que sa question tourne en boucle dans ma tête j'ouvre mon pot de crème glacé et en prend une bonne cuillère, que j'enfourne directement dans ma bouche avant de refermer le pot. Je ferme les yeux et réfléchis à une réponse en laissant fondre la glace sur ma langue.

Même si la perspective d'être à la tête de la famille Whitewave peut être assez alléchante, je n'aurais clairement pas fait le choix d'épouser Aaron par profit. Je suis certes éperdument amoureuse de Nekëlvesk, mais j'avoue que l'idée que l'on puisse me rendre mon amour de la même façon me ferait un bien inimaginable.

Nekëlvesk m'aime, il n'y a pas de doute la dessus. Il ne m'aime pas autant que moi, ça c'est sûr. Et en plus de ça il a vraiment du mal à montrer ses sentiments, je ne me souviens même plus de la dernière fois ou il m'a dit m'aimer. Certes il essaye de faire des efforts ces temps-ci, mais je doute qu'il arrive un jour à exprimer son amour à mon égard avec la même passion qu'Aaron, il n'a peut être encore que dix ans mais il ne fait aucun doutes sur le fait qu'il serait un mari idéal. J'ouvre les yeux et le regarde sérieusement.

- Je me contenterais de te réponde ; arrête de me considérer comme acquise. Mes sentiments pour toi ne suffirons pas toujours pour que je reste à tes côtés. Une relation ça s'entretient.

J'hausse les épaules de manière totalement désinvolte avant de le contourner pour rejoindre la pièce que j'avais quitté un peu plus tôt. Bien évidemment que j'aurais refusé les avances d'Aaron dans n'importe quelle condition. Je ne suis pas une fille facile. Et j'aime Nekëlvesk plus que tout. Mais j'en ai profité pour tenter de lui faire prendre conscience de certaines choses. J'ai du faire énormément d'efforts, pour qu'il finisse par m'aimer et par accepter de m'épouser. Maintenant c'est à lui d'en faire si il veut me garder.

J'entre dans la pièce et aperçoit Aaron, assit au piano, en train de jouer une musique des plus somptueuse. Ne voulant pas le déranger, je reste immobile devant la porte à l'écouter jouer. Il fini son morceau sans remarquer ma présence. Je l'applaudis du mieux que je peux, malgré mes bras encombrés par la glace et la couverture. Il tourne la tête vers moi en souriant, il a l'air d'aller mieux.

- Ouah ! Je suis éblouie par ton talent Aaron ! Je n'imaginais pas que tu étais un pianiste si doué !

Les joues du petit garçon se teintèrent de rouge suite à mes louanges. Il se frotte la tête de manière légèrement embarrassé pour finalement se contenter de répondre.

- Ça n'est rien de très exceptionnel vous savez. Je pourrais vous apprendre à jouer dame Aisuko, si vous le désirez.


Je lui sourie affectueusement avant de m’asseoir sur le fauteuil et de lui faire signe de venir s'installer sur mes genoux.

- Ce serait avec plaisir Aaron, mais pour l'heure, si tu essayais d'être moins formel avec moi ? Contente toi de me tutoyer et de m'appeler simplement Aisuko d'accord ?

Il acquiesce avant de venir me rejoindre, visiblement enchanté du rapprochement qu'implique le fait de ne plus me vouvoyer. Assis sur mes genoux, tout deux recouvert par la couverture nous savourons ce pot de crème glacée, en profitant de ce doux moment de complicité.

Une heure seulement nous aura suffit pour finir par s'endormir tout blottie l'un contre l'autre.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Mar 7 Juin - 16:18


Nekëlvesk, une fois Aisuko partie, ne l'avait pas suivie. Elle venait comme de lancer une petite bombe sur son moral. Il se sentait encore plus irrité que tout à l'heure. Après avoir rallumé sa pipe et tiré dessus sans vergogne, il alla s'asseoir à table pour... Pourquoi d'ailleurs ? Bah, probablement rien. Réfléchir. Il n'avait pas envie de réfléchir à ce qu'il venait d'entendre. Des efforts, comme s'il n'en faisait pas. Elle savait depuis le début qu'il n'était pas un ange. Qu'attendait-elle maintenant ? Rien qu'il ait très envie de lui donner pour le moment. Il tira encore. Il entendait, lointain, l'écho des voix qui le hantaient.

Il avait envie d'être exécrable, mais malheureusement, personne ne se pointait pour lui permettre de passer sa colère. Quelle frustration. Tiens, il fallait remettre de l'opium. Heureusement, sa drogue était toujours là pour le soulager de ses humeurs vagabondes. Après être arrivé à la moitié de sa seconde pipe, il se sentait mieux, l'esprit plus léger. Il se demandait, à vrai dire, si s'être donné l'autorisation de tomber amoureux d'Aisuko avait été une très bonne idée. Il n'avait pas prévu qu'elle se montre si exigeante, et il n'irait pas au delà de ses limites. Dieu n'aurait pas à le faire, si on ne pouvait l'accepter comme cela, eh bien tant pis. Il remit les choses à plat : quel était son but premier, sur Terre ? Rétablir la maison Darsang, pour le moment. Si Aisuko voulait partir, il continuerait. Mais il ne la rendrait pas comme ça ; Aaron la voulait ? Eh bien, s'il devait lancer une guerre entre leurs deux clans pour cela, qu'il la lance. En attendant, Nekëlvesk avait toujours une dizaine d'années devant lui.

Il se leva. L'opium avait détendu tous les muscles de son corps et ralenti le flux de sa pensée. Il avait envie d'aller parler à Aisuko. De lui dire qu'il ne la laisserait pas partir. Ce ne serait peut-être pas rassurant, mais pas moins une grande preuve de son attachement.
Il savait où elle était allée se terrer, c'était toujours au même endroit. Plutôt judicieux, comme choix : personne n'allait jamais dans cette pièce, il y avait un piano bien plus beau dans l'autre salle de musique. D'habitude, il ne venait pas la déranger. Mais là, il venait de s'enfiler une bonne dose d'opium, et qui plus est, se trouvait tout chamboulé par les mots qu'elle lui avait adressés, même s'il tentait de se persuader que non. Il boita jusqu'à son but, et sans prendre la peine de toquer ouvrit la porte. Après avoir fouillé quelques instants l'espace de ses yeux gonflés, les silhouettes emmitouflées de son filleul et Aisuko heurta son regard. Il contint un soupir. Ses envies d'ennuyer le monde évanouies, il n'avait pas le coeur à les réveiller. Pas envie d'affronter les confrontations et les regards hargneux. Ces deux-là, finalement, étaient bien mieux endormis.

Alors il resta là, un peu chancelant, à les regarder sans avoir le réflexe de rien faire d'autre. Juste inscrire cette image dans sa mémoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Mar 7 Juin - 20:18

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Je dormais d'un sommeil très agitée, malgré la présence rassurante du petit Aaron. Quelques couinements plaintifs sortaient d'entre mes lèvres, tandis que des larmes perlaient aux coins de mes yeux clos. Moi qui avais tendance à dormir sans réellement rêver - du moins rien de suffisamment concret pour me marquer au réveil, aujourd'hui mon cerveau a décidé de me mener la vie dure en agitant mon sommeil avec un douloureux cauchemar. Pour le coup celui-ci me paraissait plus que réel.

Je voyais Nekëlvesk, entouré d’innombrable femmes, dont Abigail et quelques unes de ses anciennes prêtresses. Elles semblaient le vénérer comme un dieu tout en lui offrant pour la plupart diverses caresses et baisers indécents. Je regarde cette scène totalement impuissante alors qu'il me dévisage, son fameux sourire narquois, malsain, plaqué sur le visage. Ce sourire qui suffit déjà à lui tout seul pour me briser le cœur, ajouter à toutes ces femmes qui l'entourent, la scène est juste insoutenable.

Et comme si le spectacle qu'il m'offrait n'était pas suffisamment douloureux, il fallait qu'il ouvre ses lèvres pour me susurrer sur un ton à la fois mauvais et moqueur :

- Je n'ai jamais eu besoin de toi. Tu n'en es qu'une parmi tant d'autres.

Mon coeur explosa pour de bon, je pleurais, autant dans mon rêve qu'en réalité. Malgré tout j'étais comme contrainte de regarder cette horrible scène, sans pouvoir m'en échapper. Alors que j'étais en proie à une souffrance psychologique insoutenable, dans mon sommeil entre deux couinement je me met à murmurer diverses choses, une phrase revenant plus souvent que toutes les autres.

- Ne m'abandonne pas... Ne m'abandonne pas.. Nekëlvesk...


Je me réveille soudainement, en sursaut, comme si mon esprit avait finalement décidé que j'avais assez souffert comme ça. Je tente de me calmer et essuie mes yeux pleins de larmes. C'est alors que je remarque la présence de Nekëlvesk sur le pas de la porte. Je me mord la lèvre inférieur et tente de me retenir de pleurer en le regardant, mon cauchemar ne voulant pas quitter mon esprit.

Je respire profondément et pose les yeux sur Aaron. Il dort encore. C'est qu'il a le sommeil lourd cet enfant. Je le soulève délicatement de moi et me lève avant de le reposer sur le fauteuil. Je le borde pour ne pas qu'il ai froid puis me retourne face à Nekëlvesk.

J'approche de lui et enfouie mon visage dans son torse. Je le serre dans mes bras à la recherche de réconfort. J'essaye de me persuader qu'il est avec moi et le restera, que le Nekëlvesk de mon cauchemar n'est pas le Nekëlvesk, que je connais et que je chéri tant.

Mon coeur se sentant déjà un peu plus apaisé, je ne peux m'empêcher de me lover davantage au creux de ses bras. Je finis par murmurer, la tête baissée, et le visage enfouie dans son torse :

- Je t'aime...

A cet instant là, il n'y avait plus de disputes, plus d'Aaron, plus de problèmes de couples, il avait nous et seulement nous.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Ven 10 Juin - 21:10


Alors que tout semblait tranquille, Nekëlvesk remarqua un détail : Aisuko semblait en proie à de désagréables cauchemars. Son sommeil était toujours agité, et aucun régime particulier n'avait pu y faire quoi que ce soit, les rêves horrifiques qui la hantaient ne se décidaient pas à la lâcher. En l'absence de répit pour sa compagne, tout ce qu'il pouvait faire était de l'épauler par sa présence. Mais là, il ne savait pas. Il se tenait, immobile, sur le pas de la porte, adossé à son encadrement, et regardait la scène comme si elle n'était pas réelle. Au fond, n'avait-il pas vu des centaines de fois la jolie blonde s'agiter dans son sommeil ? Pourquoi cela continuait-il de le déranger ? Il avait vu bien pire au cours de son existence.
Alors il ne bougea pas.

Elle finit par se réveiller en un brusque sursaut, et si Nekëlvesk n'avait pas eu l'esprit totalement embourbé, cette mouvance soudaine lui aurait probablement un mouvement de recul. Il ne savait pas si elle accepterait qu'il vienne vers elle, attendit un geste, un signal. Qui ne vint pas. Elle s'occupa d'Aaron. Nekëlvesk se surprit à ressentir de la jalousie, si ridicule que ce fut. Pourquoi n'en avait-elle que pour ce gamin ?
L'instant pendant lequel leurs regards se confrontèrent fut étrange. Il ne savait pas si elle allait encore s'énerver, et le craignit un instant. Pas envie de dispute, pas envie de confrontation. Et il fut presque surpris quand elle vint se lover dans ses bras. L'étonnement se vit vite remplacé par le soulagement, il resserra son emprise sur elle. Il se sentait bien, ici, avec son souffle contre son cou et ses cheveux qui lui chatouillaient le visage.

- Je t'aime...

Allait-il réussir à le lâcher ?

- Je ne te le dis pas souvent, mais tu sais que... que moi aussi, je t'aime. Et guère besoin d'une gigantesque tirade pour te le faire comprendre, n'est-ce pas ?

Il commença à lui caresser les cheveux, parlant toujours à voix basse. Il prononçait les mots de manière bien plus lente et détachée qu'à son habitude, effet récurrent chez lui quand il forçait un peu trop sur l'opium.

- Nous ferions mieux de raccompagner Aaron vers ses parents. La journée a été éprouvante, pour tout le monde je le crains. Si tu veux le revoir, tu pourras. Moi, je crois que cela sera un peu plus compliqué. Mais j'aimerais être sûr de ne pas être... menacé par cet enfant. Je refuse de te céder, tu comprends ?... Ce serait hors de question.

Il ne la lâcha pas. Il voulait sa réponse avant de lui rendre sa liberté de mouvement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Autour d'un café   Mer 28 Sep - 10:59

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Les mots qu'il prononça ne pouvais pas me rendre plus heureuse. Un sourire comblé se dessina sur mes lèvres alors que mon visage reste enfouie contre lui. Je finis par lui adresser sur le ton de la plaisanterie :

- Tu devrais faire attention, tu as tendance à te ramollir ces derniers temps... Où est passé l'ancien mafieux capable de tuer froidement n'importe laquelle de ses cibles ? Il dit des mots doux à sa future femme maintenant ?


Je me détache de lui et le regarde en gloussant. Je l'imagine déjà arborer sa moue vexée une fois que le sens de mes paroles lui sera arrivé aux oreilles. Cette image suffit à elle seule à me faire craquer et me pousse à m'emparer de ses lèvres. Nous partageons un doux baiser l'espace de quelques secondes avant que je ne finisse par rompre ce contact pour le rassurer.

- Tu n'as pas de soucis à te faire. Je parle beaucoup mais dans le fond je suis incapable de me passer de toi. Tu es un peu mon opium quelque part... Celui qui m'aide à garder les pieds sur terre et qui m'empêche de devenir totalement folle.
Je regarde intensément ses iris ébènes, un sourire rieur se dessine sur mon visage. Même si tu as parfois le don de me faire complètement péter un câble !

Je dépose à nouveau un léger baiser sur ses lèvres. Quelques minutes plus tard les parents de Aaron était venu le récupérer. Le petit m'avait bien tenu la jambe pendant dix minutes affirmant qu'il voulait passer le reste de sa vie avec moi, malheureusement pour lui tout se qu'il a obtenu fut les remontrances de ses parents.

Après un au revoir déchirant le petit Aaron passa enfin la porte du manoir, presque traîné de force par ses parents. Je me laisse tomber sur le canapé soulagée que la tension provoquée par l'héritier des Whitewave soit partie en même temps que lui. Nekëlvesk semble bien plus apaisé lui aussi. D'humeur à l'embêter je tourne la tête vers lui avec un sourire amusé.

- Tu veux bien m'en faire trois comme lui ? Il est si adorable tu ne trouves pas ? Je glousse doucement devant la mine déconfite de mon futur époux.

Ma proposition n'était bien évidemment qu'à moitié une plaisanterie, ce qui n'a d'ailleurs pas du lui échapper.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autour d'un café   

Revenir en haut Aller en bas
 
Autour d'un café
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À 5h30 autour d'un café. [Marlon & December]
» Nous pouvons découvrir notre histoire autour d'un café... [Vashiti Siuaghan]
» Discussion autour d'un café [PV Lysandre]
» Discussion autour d'une tasse de café (PV : Akira, Lop)
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fates of Time :: Les domaines :: Domaine Darsang :: Manoir :: Autres pièces-
Sauter vers: