Partagez | 
 

 Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Mer 9 Avr - 13:01


Le ciel grisâtre ne se décidait pas à pleurer ses quelques larmes. Nekëlvesk grogna, mécontent. Pourquoi défiait-il toujours son autorité ? Cet insolent ne se permettait de faire que ce qu'il voulait. Cela l'énervait. Et le pire, c'est qu'il ne possédait même pas de tête à trancher d'un coup de sabre. Son impunité ne faisait que renforcer son arrogance.
Il baissa les yeux, décidant alors de ne plus accorder à cet énergumène l'honneur de son attention. C'est vrai, il ne la méritait vraiment pas. Il tourna les talons et commença à marcher. Enfin, marcher était un bien grand mot : clopiner difficilement aurait mieux convenu. Aujourd'hui, sa jambe lui faisait un mal de chien, plus encore de que d'habitude, et cela n'était pas pour arranger sa démarcher déjà peu gracieuse. Cela arrivait parfois, des pics de douleur, et il supposait cela normal. De toute façon ces blessures ne se soignaient pas, alors n'y pouvait rien.
Les champs étaient de gigantesques étendues, et les traverser s'avérait non seulement pénible, mais tout aussi long. La marche ne le dérangeait pas plus que ça, mais se traîner sur deux kilomètres, ça, c'était plus ennuyeux. Il décida donc de ne pas faire tout cela pour rien : il irait se réconforter en allant faire un tour à la falaise. Soit, c'était un détour plutôt énorme, mais quitte à se massacrer en efforts, autant se massacrer pour quelques chose d'intéressant - car s'il était venu ici, ce n'était pas pour le plaisir d'admirer les plantations, mais parce qu'il fallait venir faire l'état des lieux. Parfois il regrettait d'être à la tête de sa famille, juste parce que s'il ne l'avait pas été, il aurait échappé à ces inutiles besognes. Heureusement que cela avait aussi ses avantages.
Enfin ! Il parvenait au sentier qui guidait jusqu'au lieu désiré. Il croyait ne jamais y arriver. À bout de souffle, Nekëlvesk se permit une pause. Il s'assit sur une rocher, et remonta un peu la jambe de son pantalon pour défaire les bandages autour de la jambe infirme. Ils étaient tâchés de sang. Il eut l'impression de s'arracher la peau en retirant ce qui couvrait les chairs pourrissantes. Pff. Quelle plaie, ce corps, on pouvait le dire. Une divinité ne méritait pas cela, il y avait de quoi s'offusquer. Mais la vue de ces blessures, qui faisait en général monter de violentes nausées aux gens - le médecin avait eu une réaction peu professionnelle - ne provoquait pas grand chose chez lui. Un soupçon de ressentiment, mais pas dé dégoût. Il devait vivre avec, après tout : et ce qui lui appartenait, ne pouvait selon lui en aucun cas être pourri. Nekëlvesk n'aimait pas ce qui était pourri ; si sa jambe l'avait été, il la détesterait, non ?
Quoique, après réflexion, il la trouvait parfois encombrante.

Trêve de ces pensées peu ragoûtantes ; il serra trois fois plus les bandages et se releva. Le médecin lui avait d'ailleurs dit de ne pas forcer sur la marche. Il haussa les épaules. Vu l'état de la blessure, c'était trop tard pour prendre des précautions, le mal était fait. Il s'engagea sur le chemin, contre le sens du vent,  qui se faisait plus fort avec la proximité de la mer. S'il existait bien une chose qu'il était heureux d'avoir créé, c'était cela : le vent. C'était léger, cela permettait aux oiseaux de mieux voler, et, en cas de chaleur étouffante, une brise était toujours la bienvenue. Il savourait cela en avançant lorsqu'une rumeur un peu lointaine lui parvint. Qu'était-ce donc ? Il lui fallut avancer d'une vingtaine de mètres avant de pouvoir reconnaître une guitare électrique. Mais qui venait jouer ici ? Il n'avait jamais croisé cette personne. Curieux, il pressa le pas vers son but. S'il était une deuxième chose à laquelle il était heureux d'avoir donné naissance, c'était la musique. Une vraie merveille. *Evidemment, puisque ça vient de moi.* Songea-t-il, cette pensée lui arrachant un bref ricanement.

Nekëlvesk, enfin parvenu à destination, pouvait maintenant distinguer la jeune femme assise sur le rebord de la falaise. Il fut frappé par la quantité de cheveux présente sur cet être ; même d'aussi loin on en voyait le volume franchement impressionnant. C'était donc elle qui produisait cet enchantement auditif ! Intéressant. Ne pas aller à la rencontre d'une personne qui jouait si bien eut été une véritable erreur, selon lui. Il se dirigea donc vers elle, ses prunelles, l'une grise et l'autre noire, parcourant méticuleusement l'endroit. Il n'y avait personne d'autre dans les environs, hormis la végétation agitée par le vent.

Soudain, il se prit le pied dans quelque chose. Il ne savait pas quoi, mais cela avait suffit à le faire trébucher. Avec une exclamation étranglée, qui se noya dans les notes proférées par la guitare, il tenta de se rattraper avec son sabre. Ce fut vain : il bouscula la fille, qui n'avait pas dû l'entendre arriver, et par conséquent, ne put esquiver. Pris de panique, il se redressa et se pencha par le rebord de la falaise.

- Ah ! Comment ai-je pu faire si peu attention ?!

Plus personne ! Elle était tombée !
Ses mains tremblaient légèrement. Il interdisait à ses disciples de tuer, et il venait de le faire ! C'était contre la religion qu'il avait instaurée. Un sacrilège commis par un dieu ! Il n'aurait jamais cru cela possible. Il fixait toujours le vide, un peu sous le choc. Il allait devoir se repentir auprès de... auprès de qui, d'ailleurs ?! C'était lui, qui accordait le repentir ! Horreur, malheur, désastre ! Il ne savait que faire, bloqué ici, et dans sa tête, c'était une véritable panique.
Comment allait-il faire ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Mer 9 Avr - 14:15

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Alors que je jouais et chanter perdue dans mon univers j'entendis une personne trébucher derrière moi. Je sursaute et crispe mes mains faisant une horrible fausse notes et m'arrêtant directement de chanter. A peine j'eus le temps de me retourner que cette personne tomba sur moi. Il me fallut un peu de temps avant de comprendre que j'étais en train de tomber et que si je ne faisais pas quelque chose très vite j'allais finir empalée sur les rochers ou noyée sous une vague. Je me téléporte alors rapidement.

De retour sur la falaise derrière la personne qui m'a bousculée je prends soin d'épousseter ma jupe, de faire bien dépasser mon soutien-gorge et d'arranger mes cheveux avant de serrer les poings et de hurler sur lui :

-MAIS ÇA VA PAS ? ! ! T'ES COMPLÈTEMENT MALADE ! ! ! J'AI FAILLI ME TUER ! ! !

Je lui grogne dessus dans une colère noire. Lorsque j'aperçus son visage mon humeur changea du tout au tout... Comment expliquer... Il était beau... Pas une beauté artificielle comme celle que l'on voit sur les acteurs ou là tout est truqué... Non... Il était d'une beauté naturelle... Quelque chose de divin... Ses beaux yeux gris et noir aussi profond que les ténèbres, ses cheveux bruns quelque peu en batailles, sa peau claire, son corps recouvert de bandages -ce qui lui donne un air des plus virils- ... Il me faisait beaucoup d'effet... Pas de l'effet comme le ferais un beau garçon en général (l'effet de "j'ai la culotte toute mouillée") non la c'était différent...

Mon coeur bat à tout rompre, il bat tellement fort que je suis sûre que même lui arrive à l'entendre. Mes joues plus rouge que jamais. Alors que je le détaillais de mes yeux clairs je décide de me reprendre. Quel air stupide je dois avoir ! Pire qu'une petite lycéenne amoureuse ! Je vous jure !

Je fus vite sortis de ma rêverie lorsque je le vis tomber de la falaise à cause de mes hurlements. Par pur réflexe je laisse tomber ma guitare sur le sol, me penche vivement et attrape sa main a bout de bras. Alors que je le retenais de toutes mes forces nos visages étaient très proches. Je pense à haute voix malgré moi :

-Il est encore plus beau de près...

Je sursaute en m'entendant parler. C'était sorti tous seul sans que je ne puisse rien faire ! Super ! Je dois être pathétique à voir ! Mais ce n'est pas parce qu'il me plait qu'il aura un traitement spécial ! Je me ressaisis et le regarde sérieusement toujours en le retenant par la main :

-Excuse toi où je te laisse tomber.




Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Mer 16 Avr - 14:11


Nekëlvesk était encore plongé dans sa confusion lorsque des hurlements retentirent derrière lui :

-MAIS ÇA VA PAS ? ! ! T'ES COMPLÈTEMENT MALADE ! ! ! J'AI FAILLI ME TUER ! ! !


En une seconde, il se retourna vers la voix, et ouvrit de grands yeux : c'était la même fille - il avait beau ne l'avoir vue que de dos, la coiffure était assez extravagante pour être reconnue sous n'importe quel angle. Quoi ? Comment était-ce possible ? Comment était-elle remontée ? Il en resta pétrifié, le temps que lui vienne à l'esprit l'idée qu'elle possédait sûrement un pouvoir de la veine de la téléportation, ou quelque chose du genre. De toute façon il ne voyait pas comment elle aurait pu faire autrement. Un poids énorme se retira de sa poitrine ; il n'avait aucune mort sur la conscience ! Au pire, l'inconnue était très en colère, mais cela, à la limite, ce n'était pas si grave. Elle le détaillait de ses grands yeux bleus, avec un air pour le moins... étrange. Les joues écarlates, immobile, toute trace de colère semblait s'être effacée chez la jeune femme. L'air presque candide, innocent, qu'elle arborait à ce moment précis n'allait pas du tout avec le reste de son apparence : soutien-gorge apparent, une jupe plissée plutôt très courte... une tentatrice aux airs aguicheurs, il tombait bien.
Il aurait bien volontiers haussé un sourcil et esquissé un rictus amusé.
Si seulement sa mauvaise ne lui avait pas de nouveau fait défaut et inversé les rôles entre les deux jeunes gens : il avait basculé dans le vide. Décidément, il allait commencer à regretter d'avoir refusé l'amputation. Alors que, les quelques secondes que durèrent sa courte chute, il avait compris qu'il n'aurait probablement plus jamais à se poser la question - quand notre corps froid gît au fond d'une mer déchaînée, une jambe défaillante n'est qu'un maigre souci - la jeune fille se saisit de sa main, l'arrachant à ce sombre destin. Il y avait plus digne comme mort qu'une chute du haut d'une falaise, avouons-le.
Leurs visages étaient proches. Très proches. Lui, la proximité ne le dérangeait pas le moins du monde, peu importe avec qui. Mais cela n'avait pas l'air d'être le cas en ce qui concernait son actuelle sauveuse : elle continuait de le regarder avec ses airs d'adolescente transie. Il savait qu'il pouvait faire de l'effet, mais tout de même - eh bien oui, il était un dieu, et malgré son apparence abîmée, il devait dégager quelque chose de plus spécial, non ?

- Il est encore plus beau de près...


Il ne put retenir un léger ricanement. Il trouvait son comportement presque mignon, et si son seul lien avec la vie terrestre n'avait pas été l'étreinte de leurs mains, il se serait volontiers gentiment moqué, ou bien un petit peu amusé. M'enfin, valait mieux éviter de dire quoi que ce soit qui puisse la froisser ; une personnalité un peu tatillon serait susceptible de le lâcher par simple caprice. Il commençait à connaître les humains. Elle eut une sorte de sursaut, puis enfouit, en une seconde, ses attitudes de jeune fille fragile sous un sérieux implacable :

- Excuse-toi ou je te laisse tomber.


Nekëlvesk n'était plus amusé. Plus du tout. S'excuser ? C'était une blague, au moins ? Mais s'excuser de quoi ?! Il avait trébuché, elle n'avait qu'à pas se trouver là au mauvais moment ! Une pointe de colère lui transperça le coeur. Hors de question de demander pardon ; une divinité ne demandait pas pardon. Il lui adressa un sourire énigmatique.

- Je pense que tu peux me lâcher tout de suite, jamais tu ne m'entendras proférer d'excuses, à moins d'être plongée dans un profond sommeil.

Il était plutôt serein. Elle ne le ferait pas. Et puis, même si elle le faisait, tant pis, ce n'était pas si grave : sa condition de dieu ne lui permettait pas de vraiment mourir, il en était sûr.
Oh, et puis pourquoi tergiverser : elle ne le ferait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Mer 16 Avr - 15:06

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


- Je pense que tu peux me lâcher tout de suite, jamais tu ne m'entendras proférer d'excuses, à moins d'être plongée dans un profond sommeil.

Il n'y avait pas à dire ! Ce type avait le don de m'agacer ! Ce qui m’énervais encore plus que sa remarque est que je voyais dans ses yeux qu'il ne m'en croyais pas capable. Je lance un ricanement effrayant :

-Mon pauvre ! Tu ne sais pas à qui tu as affaire !

Je vis instantanément son sourire moqueur s'effacer de son visage pendant que je lâchais sa main. Alors que je le voyais tomber cela semblait durer une éternité, au lieu d'un centième de seconde. J'avais mal au coeur de savoir qu'il allait mourir, par ma faute en plus ! Pourtant avec n'importe qui, qui m'aurait parlé sur ce ton ça ne m'aurait pas dérangée mais là... J'ignore pourquoi mais je ne peux désâment pas faire ça ! Alors que nos mains ce frôlaient encore je le téléporte vivement à côté de moi et le regarde assis au sol encore sous le choque.

Je ne peux m'empêcher de le reluquer une nouvelle fois *dieu c'qu'il est beau !* je me mord la lèvre sous cette pensé et détaille une à une les parties de son corps. Ses yeux, son nez, ses lèvres, son cou, son torse, et son.... Mon dieu ! Je détourne vivement le regard les joues cramoisies. Mais qu'es ce qui me prend de regarder cette partie la d'un homme ! Et ma génophobie alors ? ! Je grimace sous cette pensé et tente de me calmer en vain.

Après le rougissement voilà les bouffées de chaleur ! Super ! Je tire un peu sur mon col ce qui élargit encore plus mon décolleté histoire de ne pas crever de chaud. Mais c'est pas possible ! Comment un homme peu me mettre dans un état pareil ! ?


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Mer 16 Avr - 16:50



Elle laissa échapper un ricanement peu rassurant, qui n'était pas sans lui rappeler ceux qui, usuellement, venaient de lui. Seulement, lorsque l'on entendait ce genre de sonorité venir d'un autre être, c'était nettement moins plaisant.

- Mon pauvre ! Tu ne sais pas à qui tu as affaire !

Hein ? Quoi ? Qu'est-ce qu'elle veut dire par là ? À peine Nekëlvesk eut-il le temps de se poser ces questions que la jeune fille le lâcha. Il ouvrit de grands yeux, sous le choc. Non... elle n'avait pas fait cela ? Elle n'avait pas pu faire une telle chose !
Et pourtant si, sa main, en une seconde qui s'étirait au possible, s'éloignait de la sienne. La scène se déroulait sous ses yeux comme au ralenti ; image par image, il assistait d'un oeil de plus en plus lointain à ses derniers instants. Ce n'était pas la première fois qu'il frôlait les lèvres de la mort, loin de là, et il semblait que cette fois-ci, il aurait droit au baiser fatal. Dommage... il n'aurait pas craché sur quelques années de plus. C'était intéressant, de vivre dans ce monde, parmi les faibles créatures qu'étaient les êtres humains. Il avait commencé à apprécier cette modeste existence, et devoir y renoncer lui provoquait un petit pincement au coeur. Mais il avait confiance : que le sang cesse de circuler dans ses veines, que les os se fracassent contre la roche dure, que la poitrine ne se soulève plus jamais, rien de tout cela n'était une fin en soi.
Puis il y eut comme un instant vide, creux. Et il se retrouva, comme par magie, sur l'herbe grasse qui recouvrait la falaise. Il resta là, sans bouger, le temps d'un instant transi, le temps de se rendre compte que tout ne se finirait pas encore aujourd'hui. Il était plutôt content, ça oui. Il regarda autour de lui, tâta l'herbe et ses joues ; pas de doute possible, il était toujours en vie ! Il se passa une main dans les cheveux, l'air un peu perdu. Son regard se posa sur sa sauveuse/assassine. Pourquoi diable ouvrait-t-elle plus grand encore son décolleté ? On ne voyait pas suffisamment sa poitrine, selon elle ? L'once de rage qu'il ressentait à ce moment-là n'empêcha pas son regard de se poser sur ce que, de manière détournée, dévoilait le chemisier. Il releva en vitesse les yeux, l'air blasé. Nekëlvesk, tu viens de manquer de rendre l'âme d'une manière relativement violente, peut-être le moment est-il mal choisi pour se rincer l'oeil ?

La jeune femme était plus rouge encore que tout à l'heure. Nekëlvesk ne savait pas qu'il était possible, pour un visage humain, de prendre une telle couleur. Il la considéra de manière plus détaillée, histoire de bien inscrire dans son esprit le visage de la personne qui avait tenté d'atteindre à sa vie.
Un grand sourire, aux airs un peu malsains, se dessina sur son visage tandis qu'il posait ses iris inégaux sur elle :

- Comment fais-tu cela ? C'est fascinant ! J'aime bien, j'aime beaucoup !

Il marqua un pause, son air se fit plus sombre, plus dangereux.

- Mais tu as tenté de me tuer, je ne suis pas sûr de bien vouloir passer ça. Et puis il faudrait te décider, mettre fin à mes jours ou non.

Le précédant rictus reparut sur ses lèvres.

- Je savais que tu n'en serais pas capable. Serait-ce mon charme qui te fait un tel effet ? Tu ne t'es pas sentie capable de me laisser sombrer dans ces flots déchaînés ? Quoique, ce n'est pas moi qui vais t'en blâmer !

Il partit d'un ricanement pas vraiment contrôlable, toujours assis au milieu de l'herbe ondulante avec le vent. C'était une journée bien intéressante, finalement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Mer 16 Avr - 17:15

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Minute... Il viens de reluquer mon décolleté la ? ! Je rougit encore plus :

- Comment fais-tu cela ? C'est fascinant ! J'aime bien, j'aime beaucoup !

Je me calme et le regarde en haussant les épaules :

-J'en sais rien... C'est juste mon pouvoir comment tu veux que je t'explique une chose pareille ? C'est comme le tiens, sa me vient naturellement...

Il marque une pose et parle avec un ton froid :

- Mais tu as tenté de me tuer, je ne suis pas sûr de bien vouloir passer ça. Et puis il faudrait te décider, mettre fin à mes jours ou non.

Je ne répondit pas et lui lance un regard hautain. Il a de nouveau son rictus au lèvres :

- Je savais que tu n'en serais pas capable. Serait-ce mon charme qui te fait un tel effet ? Tu ne t'es pas sentie capable de me laisser sombrer dans ces flots déchaînés ? Quoique, ce n'est pas moi qui vais t'en blâmer !

Je deviens toute rouge. A la fois de colère et de gêne. Je me penche vers lui énerver lui mettant bien ma poitrine sous le nez :

-J'en aurais très bien était capable si je l'avais voulut ! Je suis juste de bonne humeur aujourd'hui tu as eu de la chance !

Je me redresse et le regarde avec un sourire moqueur :

-Et puis je ne vois pas du tout de quel charme tu veux parler.

J'espère que mes rougissements ne trahiront pas mon jeu...



Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Jeu 17 Avr - 17:00


Nekëlvesk voyait sa théorie se confirmer : c'était bien un pouvoir. Suite à sa dernière réplique, la fille rougit - une fois encore - avant de se pencher vers lui, visiblement énervée. Cela le laissait de marbre, ou en tous cas lui faisait moins d'effet que la paire de proéminences mammaires qu'elle lui mettait donc sous le nez. Ses yeux se baissèrent de nouveau sur cette opulente poitrine. Il les releva en vitesse. Fichu corps humain ! Se laisser ainsi prendre par une tentation toute aussi pleine de simplicité, d'évidence ? Les plaisirs de la chair étaient-ils si irrésistibles ?... non, cette dernière question était stupide, surtout venant de lui. Mais il détestait se retrouver, comme ça, sans même le vouloir, avec les mirettes rivées sur de telles choses. La faiblesse de l'Homme était franchement dégradante, l'idée que même un être tel que lui y cède le révulsait. Il mit donc toute son énergie à garder le regard levé vers son visage, tandis qu'elle lui lançait :

-...suis juste de bonne humeur aujourd'hui tu as eu de la chance !

Il avait manqué la moitié de sa phrase. Rien de grave, ça n'avait pas l'air intéressant. Elle se redressa - alléluia ! - et le regarda, un sourire narquois placardé au visage. Ce regard lui parut tel un véritable affront, remontant la colère qu'il avait enfouie au fond de lui. Qu'allait-elle dire comme stupidité encore ?

- Et puis je ne vois pas du tout de quel charme tu veux parler.

... Elle se moquait de lui là ?
Il haussa un sourcil, la reluquant avec nonchalance. Franchement, elle osait dire cela ? Il pouffa de rire, ne parvenant pas à la prendre au sérieux. Franchement, c'était n'importe quoi. Il était bien décidé à lui dire ce qu'il pensait de son mensonge. Imitant le sourire moqueur qu'elle se permettait d'afficher, il lança calmement :

- Quel charme ? Soit tu es schizophrène, soit victime d'amnésies passagères. Dans les deux cas, tu as un sérieux problème.

Il leva les yeux vers le ciel, feignant un air de lycéenne rêveuse. En exagérant un peu, bien entendu, sinon, ce n'était pas amusant.

- Il est encore plus beau de près !

Un nouveau petit rire lui échappa. Ce n'est pas que son goût prononcé pour la moquerie se manifestait - enfin pas seulement - mais là, il était obligé de lâcher un ou deux sarcasmes. Pour finaliser le tout, il ajouta une ultime réplique :

- Ou alors tu refuses d'admettre que je ne te laisse pas indifférente... enfin, tu sais personne ne peut t'en vouloir, si c'est le cas.

Il avait pris son air modeste, ostentatoirement faux, regardant ses ongles. Il n'avait aucune idée de comment la fille allait réagir, il ne la connaissait pas assez pour pouvoir prédire ses gestes. Et de toute façon il n'était plus à ça près : sa main n'était plus son seul rattachement à la vie ; il pouvait se permettre de se la mettre à dos.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Ven 9 Mai - 14:09

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Ok il veut jouer à ça ? Bien ! Voyons voir qui est le plus fort de nous deux pour se foutre de la gueule de l'autre ! :

- Mon pauvre tu dois avoir des hallucinations ! Est-ce le fait d'avoir frôlé la mort qui te met dans de tels états ? Qui plus est je ne me permettrais pas de dire de telles choses à un homme autre que mon fidèle époux !

Je lâche un rire hautain. Bah quoi ? Un petit mensonge ne fait pas de mal non ? Et puis ça ne fera que me rendre encore plus désireuse a ses yeux ! L'homme est attiré par l’inaccessible. Vu comment il me mâte depuis tout à l'heure j'ai l'impression qu'il ne va pas tarder à me sauter dessus...

Je frissonne d'horreur à cause de cette pensé avant de reprendre mes airs supérieurs. J'ai toujours étais une allumeuse par excellence et ce n'est pas ma génophobie qui va m'empêcher de m'amuser !

Je passe une main dans mes cheveux faisant voleter mes épaisses couettes répandant ainsi leur doux parfum de rose. Je m'agenouille et me met a quatre pattes à moitié sur lui. Je prend soin de me cambrer pour mettre mon postérieur en avant et de lui mettre bien mon décolleté sous le nez. Alors que nos visages se trouve a seulement quelques centimètres l'un de l'autre je fais comme si je le détaillais sous toutes les coutures :

- Non, franchement, je ne vois vraiment pas de quel charme tu veux parler...

Je fais bien attention à garder mes airs sur de moi et a ne pas laisser apparaître ma gêne et mes rougissements.

Mon dieu mes bras trembles ! Rah pourquoi faut toujours que quelque chose me trahisse ! ? Mais c'est qui se type a la fin ? ! Il est pas humain ma parole !


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Ven 9 Mai - 22:28


- Mon pauvre tu dois avoir des hallucinations ! Est-ce le fait d'avoir frôlé la mort qui te met dans de tels états ? Qui plus est je ne me permettrais pas de dire de telles choses à un homme autre que mon fidèle époux !

Nekëelvesk haussa un sourcil tandis qu'elle lâchait un rire hautain, qui laissait à penser qu'elle se sentait très supérieure à ce moment-là. Si le blesser était son intention, elle avait réussi. Que l'on se moque de lui était une chose qu'il ne supportait absolument pas, et il n'allait pas laisser passer un tel affront, ça non. Et puis, fidèle époux... il en avait presque envie d'éclater de rire. Elle semblait plutôt être du genre à travailler tard le soir, s'il pouvait se le permettre - quoiqu'il pouvait tout se permettre, en fait. Oh, mais ce n'était guère une insulte à son sens : la prostitution était même un métier qu'il avait tendance à respecter. Il en fallait, du courage, pour s'offrir de la sorte... et surtout un mental d'acier. Soit ; alors qu'il allait lui exposer son point de vue quant à son hypothétique profession, elle s'agenouilla et revint lui placer ses obus juste sous le nez. Mais c'était une manie ou quoi ? Oh, peut-être une habitude prise au travail.

Leur visages étaient proches. Très proches. De là, il pouvait sentir le souffle de la jeune femme contre sa peau. Les yeux de cette dernière fouillaient, scrutaient, inspectaient ; et ce n'était pas pour le déplaisir de Nekëlvesk, qui adorait être regardé.

- Non, franchement, je ne vois vraiment pas de quel charme tu veux parler...

Ça, par contre, c'était bien pour son déplaisir. C'était encore plus vexant que tout à l'heure. Pendant quelques instants, il transparut sur son visage un clair mécontentement. À vrai dire, il la foudroya plutôt du regard, comme s'il allait attraper son sabre pour l'éventrer et danser autour de son corps vidé de ses entrailles. L'envie ne lui en manquait pas tant, en fait.
Elle avait une chance de pratique le plus noble métier du monde...
Mais alors qu'il s'apprêtait à lui cracher une remarque acerbe, il remarqua un détail. Le détail. Il ne l'aurait pas remarqué s'il n'avait pas coulé un regard en direction de son arme, qui gisait quelques mètres plus loin ; mais la jeune femme qui tentait de porter atteinte à son ego depuis quelques minutes avait les bras tremblants. Un sourire narquois se dessina sur le visage de l'éclopé, tandis qu'il reportait le regard sur elle. Un regard qui voulait tout dire, à savoir : "Je t'ai démasquée.". Sympa, le mensonge de l'indifférence ; il savait bien que c'était impossible ! Tout de même, il avait honte d'être tombé dans la panneau. La regardant d'un air moqueur, teinté d'une pointe d'amusement, il lui lança d'une voix calme :

- Oh, soit tu es une bonne menteuse, soit tu as la maladie de Parkinson.

Il désigna ses bras tremblants en laissant échapper un petit ricanement.

- Sais-tu que j'ai failli y croire ? Ah ! Je t'aime bien, finalement ! Et puis, je te l'ai déjà dit, mais tu as un pouvoir amusant !

Son petit morceau d'euphorie s'était mué en un fou rire compulsif. C'était le genre de choses qui lui arrivaient parfois - bon, d'accord, tout le temps. Il n'arrivait plus à se stopper. Mais cela aussi, c'était habituel, alors ça ne le dérangeait même plus. Il tenta, difficilement, d'étouffer ses rires et d'articuler quelques phrases :

- Et puis, oh tu sais.. pfmfff hihi... Vu que je suis une divinité, c'est normal qu'on m'apprécie en tant que tel ! Ahahah ! Ah ça oui ! Et puis c'est flatteur, je.... j'ai...

Nekëlvesk éclata d'un rire peu rassurant, plein de démence, qui le coupa en plein milieu de sa phrase. Oui, cela aussi, ça arrivait souvent. Son entourage s'y était habitué à force. Il abandonna l'idée de terminer sa réplique, pris d'une euphorie incontrôlable, folle, et à laquelle il ne pouvait décidément que s'abandonner. Il en oublia même presque la fille qui se tenait au dessus de lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Dim 11 Mai - 16:24

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


*Espèce de sale...* reste calme Aisuko ! Garde ton sang froid !

Je pourrais très bien lui casser la gueule -ce n'est pas l'envie qui me manque- mais j'ai quelque chose de bien plus cruel en tête.

Je souffle un grand coup, ferme les yeux quelques secondes pour me calmer. Puis les ouvre et le regarde en m’efforçant d'avoir une lueur d'envie dans le regard. Un sourire pas net se dessine sur mon visage. Je fais passer mon regard de ses yeux, à ses lèvres, à son cou, puis à son torse. Je suis très douée pour faire croire que je suis prise par mes besoins primaires. Je le pousse pas trop fort pour le faire s'allonger totalement dans l'herbe puis me presse contre son corps.

Une de mes jambes caressant avec envie une des siennes, mon entre jambes pressée contre la sienne, ma poitrine contre son torse et mes lèvres si près des siennes quelles se frôles. Je retiens un frisson d'épouvante et garde mes airs d'allumeuse en manque. Bien que cela m'horrifie je peux sentir de l'humidité dans ma culotte *Mais bon sang il a quelque chose se type !* essayant de garder mon calme je prie pour ne pas que cela traverse le fin tissu de mon dessous *Je ne veux pas connaitre sa réaction si je tache son pantalon avec ! Mon dieu ! Je ne veux même pas y songer !*

Toujours dans mes mêmes expressions faciale je me mord la lèvre avec envie et laisse vagabonder ma main sur son torse :

- D'accord je me rend ! Je le reconnais tu as du charme ! ... Peut être même assez pour éveiller mes envies...

Je prend soin de parler d'une voix sensuelle et sûr de moi.

Après tout plus on s'élève plus la chute est douloureuse ! Je vais le faire monter aussi haut que possible et après je l'écraserais comme un vulgaire insecte ! *Se que je peux être diabolique !* Cette  idée me fait rire intérieurement.

Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Sam 24 Mai - 17:38



Nekëlvesk, par un improbable miracle, parvint à se calmer plutôt rapidement, au final. Lorsqu'il releva la tête vers la jeune femme, quelque chose avait changé dans le regard de celle-ci. On y lisait une sorte d'envie. Un sourire, qui ne laissait aucun doute sur les pensées tordues cachées derrières un tel rictus, fleurit à la surface des lèvres de la blonde, pour finalement y prendre racine. Son minois ainsi décoré, elle le détailla de haut en bas. Ce n'était encore pas pour déplaire à notre divinité, mais il y eut comme une sonnette d'alarme qui fut tirée dans sa tête. Les plaisirs de la chairs étaient de loin son vice préféré, mais un vice tout de même. Il ne pouvait pas faire ça avec n'importe qui. Or, il se trouvait en face d'une inconnue, et ça, c'était problématique. Il n'eut pas le temps de faire ou dire quoi que ce soit ; il fut renversé au sol, se retrouvant allongé sur le dos, avec sur lui la fille qui pressait toute les parties de son corps imaginables - surtout les très imaginables à ce moment-là - contre lui.

Une main errante se promenait sur son torse, leurs visages étaient collés, leurs lèvres à une phalange de se toucher. Elle se mordit la lèvre en lui décrochant ces quelques mots :

- D'accord je me rend ! Je le reconnais tu as du charme ! ... Peut être même assez pour éveiller mes envies...

Horreur ! La tentatrice ! Nekëlvesk ne savait plus quoi faire, tiraillé entre les limites qu'il s'imposait et ses instincts terriblement sollicités. Il fallait le dire, cette fille qui lui faisait du pied ne pouvait le laisser indifférent, physiquement parlant, en tous cas. Et comme si leur... contact ne suffisait pas, le ton qu'elle employait pour s'adresser à lui avait une sensualité à laquelle il était ô combien difficile de résister ! Il se mordit la lèvre, tentant de cacher sa souffrance intérieure. Résister, ne pas céder à la tentation.... Rah ! mais en plus elle venait de tout avouer ! Comment pouvait-il résister, dans un tel moment ? Le calcul était simple à résoudre : Flatterie plus fruit interdit égale à craquer. Obligatoirement. Une résolution si humaine qu'il se sentait terriblement rabaissé, nul, petit, insignifiant. Si même un simple corps pouvait avoir raison de ses nerfs, alors qu'est-ce qui ne le pouvait pas ? ...Il haïssait sa propre faiblesse.

Un sourire narquois se dessina sur son visage. Si elle voulait jouer, ils allaient jouer. Il attrapa entre ses doigts une mèche de cheveux blonde - il mourrait d'envie de le faire depuis tout à l'heure, en plus - pour jouer avec, et plongea son regard dans l'azur de ceux de la fille. Ses prunelles, à lui, semblaient bien ternes comparées à ce bleu éclatant. L'idée de changer de couleur d'yeux lui passa par la tête, mais ce n'était pas sa principale préoccupation actuelle. Il devait punir quelqu'un d'avoir tenté de le faire succomber à ses charmes. Tous son corps lui hurlait de ne pas résister à cet appel, mais il pouvait encore tenir. Au moins un peu.

- Je savais bien qu'il était impossible de ne pas remarquer le charme dont je suis doté !

Il ricana.

- Pour ce qui est de tes "envies", tu vas devoir prendre sur toi. Je ne pourrais me permettre de me lier à n'importe qui, et ton hypothétique époux ne serait guère enjoué, pense donc un peu à lui.

Il lâcha les cheveux pour promener un index sur le visage de la jeune femme.

- Tu es bien alléchante pourtant, ça me fend le coeur de devoir te refuser ça.

Son sourire en coin avait une connotation plutôt malsaine, et même un peu inquiétante. Il gardait des airs assurés, comme s'il était aisé de rester tranquille dans ce genre de situation. Si son honneur de divinité n'était pas dans l'histoire, il ne se serait pas gêné pour lui sauter dessus. Mais il n'y avait pas que des avantages à avoir donné vie à la vie ; aussi douloureux que ce soit, il lui fallait assumer les inconvénients.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Sam 24 Mai - 18:22

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


*Qu-quoi ?! Il ose me résister ?! Alors que je me fais autant violence ?!* Je grogne intérieurement. Mais je n'es pas dis mon dernier mot. Peut importe si il faut que je sois traumatisée après ! J'affiche une petite moue dégoûtée :

-Mais on s'en fout de lui ! Il m'a déjà fais cocu ! J'ai le droit de lui rendre la pareille !

Je me redresse me retrouvant assise sur lui. Nos entres-jambes sont toujours en contact, contact que je m’efforce d'oublier. Je commence à bouger les hanches créant ainsi un frottement entre ma culotte et son pantalon. Je suis alors partagée entre le plaisir et l'horreur.

Une grimace d’effrois passe brièvement sur mon visage. Je la remplace vivement par une "fausse" expression de plaisir. Et pousse des petits gémissements très réaliste. Ma culotte devient rapidement trempée. Se que je suis entrain de faire me donne la chair de poule. Mais je n'allais pas céder ! Il craquera avant moi !

Je ferme les yeux quelques instants en continuant de bouger mes hanches pendant que ma poitrine rebondit, pour tenter d'oublier. Soudain une image du viol de ma mère passe dans ma tête. Je ne peux retenir un petit sursaut d'horreur.

J'entre-ouvre les yeux et regarde le jeune homme en dessous de moi avec un air triste sans même m'en rendre compte. Mes beaux yeux azurs étaient brillant à cause des larmes qui montaient. Mon visage avait blêmit et affichait un air tellement triste et désespéré. Même un pauvre petit chaton n'aurait pu avoir une mine aussi anéantie que la mienne à cet instant. Mes mouvements c'était stoppés.

Lorsque je me rends compte de ce qui se passe je ne peux m'empêcher de sursauter de nouveau. Je grimace et m'empresse de reprendre mes mouvements comme si de rien était. Je priais pour qu'il n'ai rien remarqué même si je savais pertinemment que c'était peine perdue...  

Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Lun 26 Mai - 18:03


Nekëlvesk n'en pouvait plus, il était à deux doigts de craquer. Et il songeait très sérieusement à le faire, d'ailleurs. Après tout, on pouvait faillir une fois, ce n'était pas si grave que cela... et puis il lui suffirait de s'auto-accorder l'absolution, acte bien peu difficile et ô combien profitable. Seulement, lorsqu'elle ferma les yeux, la fille eut comme un sursaut. Cela lui mit la puce à l'oreille ; que lui arrivait-il, d'un seul coup ?
Elle souleva de nouveau les paupières, pour poser sur lui un regard d'une tristesse immense. Vraiment, même lui, qui était plutôt tourné vers sa propre personne, fut capable de le remarquer sans aucun effort, sans même y réfléchir. Elle avait stoppé ses mouvements. Il y avait un truc qui clochait. Un gros truc. Il fronça les sourcils, vexé et diminué par la situation. Quelque chose lui échappait, et c'était important. Horreur ! Lui qui se devait l'omniscience, comment pouvait-il se permettre de ne pas connaître un fait de ce monde ?

Elle eut un nouveau sursaut, et reprit ses mouvements. Ça n'allait pas se passer comme ça, il en était hors de question. Il l'attrapa, la fit basculer sur le côté, rouler au dessous de lui, pour finalement se retrouver à la place qu'elle occupait, assis à califourchon sur son ventre. Il se saisit fermement de ses poignets, les plaqua au sol, et resserra les jambes histoire de s'assurer qu'elle ne bougerait pas. Dans cette position, il plongea de nouveau son regard dans le sien. Il avait l'un de ses éternels sourires narquois.

- Eh bien ? On faiblit ? Que se passe-t-il ?

Son expression se fit plus sévère, et avant qu'elle ne puisse répondre quoi que ce soit, il ajouta :

- Tu vas tout de suite m'expliquer cette attitude, ma chère demoiselle.

Il resserra la prise de ses main sur les délicats poignets de la jeune femme. Vu les affronts qu'elle s'était permis de faire, il aurait été étonné qu'elle soit impressionnée par une quelconque forme de violence. Et puis ce n'était pas son genre de s'énerver, même quand on lui résistait. Nekëlvesk préférait de loin un calme sourire énigmatique à une gifle douloureuse.
Il continuait d ela fixer dans l'attente d'une réponse. Elle ne pouvait pas se défiler ; il ne la lâcherait pas sans avoir expurgé ses questionnements.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Mer 13 Aoû - 10:49

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Alors qu'il me tenait fermement plaquée au sol je tentais désespérément de fuir son regard. Mes yeux était de nouveau emplie de cette profonde tristement. Je sens les larmes me venir. Je me mord alors fermement la lèvre et tente de les retenir de toute mon âme :  

- Hé bien...

A vrai dire je songeais réellement à tout lui raconter pendant un instant... Mais il en était hors de question. Je n'aimais pas évoquer mon passé et le nombre de personnes qui le connaissait était proche de zéro. Qui plus est je n'allais pas me confier de la sorte à cet homme si agaçant qui se croit tout permis ! Je ne connaissais même pas son nom... Et la dernière raison est que je ne voulais pas pleurer devant lui. Pleurer est un signe de faiblesse, et je suis loin d'être faible.

Une fois que je me suis débarrassée de toute la tristesse sur mon visage je la remplace par un air narquois, même mauvais. Je le regarde droit dans les yeux tel un véritable affront et lance cette remarque acerbe :

- Pour être sincère j'essayer de te tenter dans le but de mieux te briser mais il faut croire que faire ce genre de chose avec un être aussi repoussant que toi est au dessus de mes capacités ~

Oui mes mots étaient très blessants... Voir même un peu trop... Je détaille alors son visage dans l'attente de sa réaction. J'ignore pourquoi mais la peur de l'avoir fait souffrir me serra le coeur. Qu'es ce qui m'arrive enfin ? Je ne suis quand même pas... Non ! Impossible ! Je ne le connais même pas !


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Jeu 14 Aoû - 0:01


- Eh bien...

Nekëlvesk la regardait avec attention. Allait-elle céder ? Elle ne pouvait pas lui résister une nouvelle fois, tout de même ! Et puis, elle semblait en position de faiblesse. Ses grands yeux bleus trahissaient une tristesse, une blessure pas encore refermée. Il en avait presque de la compassion pour elle, cette pauvre fille. Mais pas question de la lâcher. Après tout, elle s'était donné le droit de le rabaisser et de tenter de le tuer, alors il pouvait bien se permettre de se montrer un peu intrusif. Seulement, elle ne semblait pas de cet avis : très vite, les larmes avaient disparu, tout comme le moindre signe de tristesse sur son visage clair. Maintenant, cette expression qui lui avait presque fait pitié s'était muée en un air narquois, fort peu sympathique, et qui ne laisse rien présager de bon. Elle plongea son regard dans le sien, comme si elle le défiait. Non, en fait elle le défiait bel et bien, il en était persuadé. Eh bien, qu'allait-elle inventer, cette fois ?

- Pour être sincère j'essayer de te tenter dans le but de mieux te briser mais il faut croire que faire ce genre de chose avec un être aussi repoussant que toi est au dessus de mes capacités ~

Si l'on avait été dans un film, l'on eut pu entendre le bruit d'un verre qui se brise en arrière-plan. Il ouvrit grand les yeux, sous le choc. Elle n'avait pas osé ? Comment était-il possible de dire une telle chose ? C'était n'importe quoi ! Et puis totalement faux ! Lui, repoussant ? Jamais il n'aurait cru pouvoir entendre ce genre de paroles émerger d'entre les lèvres de quelqu'un. Pour le coup, elle l'avait véritablement blessé. Il la regarda, médusé.

- Hein ?

C'était une bien maigre répartie. Il secoua la tête, chassant cet air idiot de son visage, et fronça les sourcils. C'est en se redressant, pour se retrouver assis à califourchon sur elle, qu'il parla :

- Mais ! Qu'est-ce que tu trouves repoussant chez moi ?! Et puis, ce n'est pas un problème, l'apparence, je peux en changer à ma guise !

Alors, il passa comme en accéléré par toutes les couleurs, longueurs, d'yeux et de cheveux possibles et imaginables. Puis il s'arrêta soudainement, tout en tenant entre ses doigts une mèche de cheveux d'une teinte non-identifiée et de plus de deux mètres de long, l'air profondément perplexe.

- Il va falloir couper, je te félicite....

Il reposa les cheveux sur la jeune fille, l'air en colère, à présent. Quel idiot ! Il était rentré dans son jeu ! C'était comme s'il avait admis le fait d'être repoussant... horreur ! Jamais il ne l'avait pensé, alors il n'allait pas la laisser croire cela.

- Rah ! Je ne suis pas repoussant et je ne cautionnerai pas qu'on dise une chose pareille ! Comment ton dieu pourrait-il être repoussant ? C'est insensé ! La vérité est même tout le contraire de ce que tu me chantes là ! Ecoute bien, je suis...

Il débuta la très. trés. très longue liste des qualités qu'il s'attribuait, les comptant avec ses doigts au passage.

-... et puis intelligent ! Alors je ne vois pas ce que tu trouves de repoussant en moi. Tu es une menteuse, et je déteste ça ! C'est dangereux, de m'avoir à dos, rentre-toi bien ça dans le cortex préfrontal !

Il marqua une pause.

- Cortex préfrontal...

Avant d'éclater de rire. Comme ça, d'un coup. Plié en deux par le coup d'une fulgurante hilarité, il se retrouva bientôt à moitié étalé sur la fille sans, de nouveau, pouvoir stopper tout ça.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Jeu 14 Aoû - 7:01

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Je le regarder littéralement péter les plombs sous mes yeux quand le mot "Dieu" résonna dans mes oreilles. Je baisse la tête l'air grave et parle d'une voix froide :

- Alors comme ça on se prend pour dieu ? Bien... Et où étais-tu cette nuit là ?! Pourquoi tu m'as infligé ça ?! J'étais qu'une gamine !!

Je le foudroie du regard une haine immense c'étant emparée de moi. Je le fais basculer et entraînés par nos poids nous roulons dans l'herbe avant que je ne me retrouve sur lui en position de force.

Mes yeux étaient emplie d'une tel haine que cela en était terrifiant. Je savais qu'il n'était pas dieu, c'était tout bonnement impossible. Mais il venait tout juste de me permettre de rejeter la faute sur quelqu'un et je n'allais pas me gêner. Alors que j'étais toujours sur lui tentant de l'assassiner du regard je continuais de déchaîner mes paroles :

- Tu n'es qu'un monstre !!! Qu'un ignoble déchet !! J'avais rien demandée à personne !!! J'étais qu'une enfant innocente et heureuse avec deux parents aimant !!! Et en une nuit tu as osé me retirer tous ça ?!! Et après tu ose encore te croire aussi omnipotent ?!!! Je sais pas ce qui me retiens de t'étriper !!!! Sale enflure !!!! Black Heart est un dieu !!!! Toi tu es une sous-merde !!! Apprend à faire la différence !!!

J'étais vraiment dans une colère noire. Il fallait que je me calme. Cela ne servirait à rien de le tuer sous le coup de la colère. Je ferme les yeux et respire profondement pour me calmer. Je me lève et me tourne dos à lui :

- Au faite, mon genre de mec c'est les grands blacks baraqués

Dis-je avec une pointe de sarcasme avant de ramasser ma guitare et de m'enfoncer dans la forêt. Il valait mieux que je rentre chez moi. Si je reste ici avec lui je vais vraiment finir par devenir violente.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Jeu 14 Aoû - 23:32


Nekëlvesk était toujours dans son hilarité quand la fille lui lança d'une voix froide :

- Alors comme ça on se prend pour dieu ? Bien... Et où étais-tu cette nuit là ?! Pourquoi tu m'as infligé ça ?! J'étais qu'une gamine !

Si elle n'avait pas compris qu'il se prenait pour un dieu, c'était qu'elle n'était pas très futée. Par contre, ce que lui n'avait pas compris du tout, c'était de quoi elle parlait. Cela calma même ses rires. Quelque chose qu'il ne savait pas ?! Il se devait, en tant que lui-même, d'être au courant de tout !... en effet, cet objectif se trouvait à des années lumières de la facilité. Profitant de cet instant de perplexité, elle le fit basculer sur le côté. Ils roulèrent sur quelques mètres, avant qu'il ne se retrouve avec la jeune blonde au dessus de lui. Mince. Tu es en position de faiblesse, Nekëlvesk. Il releva le regard vers elle. L'azur de son regard était emprunt d'une telle haine, de tant de ressentiments, que c'en eut été effrayant. C'est alors qu'elle lui cracha tout cela à la figure :

- Tu n'es qu'un monstre !!! Qu'un ignoble déchet !! J'avais rien demandé à personne !!! J'étais qu'une enfant innocente et heureuse avec deux parents aimant !!! Et en une nuit tu as osé me retirer tout ça ?!! Et après tu oses encore te croire aussi omnipotent ?!!! Je sais pas ce qui me retient de t'étriper !!!! Sale enflure !!!! Black Heart est un dieu !!!! Toi tu es une sous-merde !!! Apprend à faire la différence !!!

Elle devait avoir traversé un moment relativement difficile, pour s'y accrocher de la sorte. Et il n'avait pas la moindre idée de quoi il pouvait s'agir... infâme, ô damnée frustration ! Enfin, si. Elle avait apparemment perdu ses parents. Mais qu'est-ce qu'il y pouvait ? Un dieu crée mais ne contrôle pas sa création - encore moins quand il se retrouvait, comme dans son cas, coincé dans cette condition de simple humain. Elle n'avait, de toute évidence, pas réfléchi à la question du rôle d'une divinité. Soit, il aurait pu éviter de créer la stupidité, mais sans ce genre de choses, le monde était nettement moins drôles, et personne n'était supérieur à personne : à quoi bon vivre sans avoir besoin de se sentir à la hauteur des autres, et de se battre pour y parvenir ? Lui, il aimait bien être au dessus de ses congénères humains.
La fille semblait tenter de se calmer. Tant mieux. Les cris de cette inconnue ne lui faisaient pas beaucoup d'effet ; le fait de se faire insulter, considérablement plus. Mais, aujourd'hui, il s'était beaucoup fait insulter, alors bon... il allait presque finir par en rire. En parlant de rire, le sien n'était pas loin de la disparition. Tant mieux, c'était dérangeant quand, au bout d'une minute ou deux, on se retrouvait avec des crampes au ventre juste pour ça.

- Au fait, mon genre de mec c'est les grands blacks baraqués.

Il se redressa et la regarda d'un air dubitatif. Il y avait un problème : il n'était ni grand, ni noir, ni baraqué. Quoique, pour la peau, ils pouvaient s'arranger... en ce qui concernait le reste, son corps partait déjà assez en miettes comme ça. Elle ramassa sa guitare et se dirigea vers la forêt. Il hésita à la laisser partir. Il ne savait pas qui c'était, mais.... rah ! Elle se permettait de le planter là, comme ça, tranquillement. Il se traîna jusqu'à son sabre, pas si loin, maintenant, et s'aida de l'objet pour se relever. Sa jambe avait été malmenée, elle le faisait encore plus souffrir que tout à l'heure. Mais peu importait. Il se pressa de clopiner jusqu'à elle.

- Hé ! Tu ne vas tout de même pas partir sans m'avoir expliqué de quoi tu m'accuses ! Ce n'est pas parce que je suis moi que je sais tout... même si je devrais.

Il avait froncé les sourcils, la regardant en tentant de reprendre son souffle. Quelques mètres à peine l'avaient épuisé, surtout en se pressant. Mais quelque chose de potentiellement intéressant se passait, il ne pouvait pas le laisser filer de la sorte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Ven 15 Aoû - 9:25

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Je soupire et continue de marcher sans lui adresser un regard alors qu'il se démène pour tenter de me suivre :

-Si tu étais plus futé tu aurais pus faire la liaison avec tous les évènements, moi en ce qui me concerne il est hors de question que j'en dise plus à une personne dont j'ignore tout jusqu’à son propre nom.

Je continuais de marcher quand je reprend la parole :

-Ah et pour les grands blacks baraqués c'est pas vrai. J'ai pas vraiment de préférence hors mis peut être les beaux hommes musclés mais ça tu vas me dire ça tombe sous le sens.

Je commence soudainement à lui raconter ma vie sans même m'en rendre compte :

-De toutes façon les hommes ne reste jamais très longtemps avec moi, dès qu'ils apprenne pour ma phobie ils s'enfuient en courant.... Il est vrai qu'en me voyant on ne s'attend pas vraiment à sa du coup ils sont plutôt déçu... De toutes façons les mecs vous êtes tous pareille ! Y'a que ça qui vous intéresse !

Et sans que je ne m'en rende compte j'en avais un peu trop dis. La si il n'a pas trouvé il est vraiment pas doué... Je me rappelle soudain que moi non plus je ne m'étais pas présenté, il faut dire que notre rencontre était plutôt mouvementé :

-Au faite, moi c'est Aisuko.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Jeu 4 Sep - 21:49

La jeune fille soupire, et, sans lui adresser un regard ni même ralentir pour lui permettre de se maintenir à sa hauteur, lança :

- Si tu étais plus futé tu aurais pus faire la liaison avec tous les événements, moi en ce qui me concerne il est hors de question que j'en dise plus à une personne dont j'ignore tout jusqu’à son propre nom.

Eh, elle venait de dire qu'il n'était pas futé là ? Cette pensée lui arracha un grognement mécontent. Elle ne devait pas avoir idée des conséquences que cela pourrait avoir, de se moquer d'une divinité !... enfin, dans l'immédiat, il était trop fatigué pour la punir, on verrait ça plus tard.

- Ah et pour les grands blacks baraqués c'est pas vrai. J'ai pas vraiment de préférence hormis peut-être les beaux hommes musclés mais ça tu vas me dire ça tombe sous le sens.

Quoi ?! Elle lui avait menti sur un point si important ?! C'était une professionnelle en la matière, décidément. Il lui lança un regard mauvais sans rien ajouter, sa principale préoccupation, pour l'instant, étant de rester debout. Sa jambe lui faisait atrocement mal. Mais il était plus fort que ça, non ? La douleur, c'était quelque chose de terriblement humain.

- De toutes façon les hommes ne restent jamais très longtemps avec moi, dès qu'ils apprennent pour ma phobie ils s'enfuient en courant.... Il est vrai qu'en me voyant on ne s'attend pas vraiment à ça du coup ils sont plutôt déçus... De toute façon les mecs vous êtes tous pareils ! Y'a que ça qui vous intéresse !

Elle ne s'arrêtait jamais de parler, nom de lui. Nekëlvesk était pour l"instant dans l'incapacité de répondre, alors, il se contenta de retourner ses phrases dans sa tête, encore et encore... phobie... mecs... que ça qui vous intéresse.... Noooon, elle ne parlait pas de ça quand même ? Il serra les dents. Eviter de trop réfléchir et se concentrer sur la douleur, ça valait mieux.

- Au fait, moi c'est Aisuko.

Il releva les yeux sur elle. Pourquoi se présentait-elle, d'un coup, en plein milieu d'une conversation ?

- Nekëlvesk, mais tu peux m'appeler Dieu. Répondit-il du tac-au-tac sans réfléchir.

Soudain, il trébucha sur sa mauvaise jambe et s'écrasa de nouveau misérablement au sol, aux pieds de cette fameuse Aisuko. Bon, au moins, son membre blessé était-il soulagé de ce poids mort qu'il était forcé de supporter toute la journée. Il se redressa sur le coudes et la regarda d'un air à la fois dubitatif et étonné :

- C'est possible d'avoir la phobie de ça ? Bizarre, pourquoi j'aurais créé une telle chose, ce n'est même pas amusant ?... C'est une blague, avoue-le ?

Il se sentait forcé de poser la question - même s'il se la posai plus à lui-même qu'à la jeune flle - ; car ça, il ne se souvenait pas l'avoir inventé. Une longue mèche de cheveux, teintée de toutes les couleurs imaginables, lui tombait devant le visage. Elle lui obstruait la vue, la bougre. Il souffla dessus dans l'espoir qu'elle se dégage, mais opta pour une option plus radicale : il dégaina son sabre et entreprit de couper sa chevelure désormais extrêmement longue - si seulement cette fille n'avait pas parlé de préférences physiques il n'en serait pas là...

- Rah, regarde ce que tu m'as fais faire ! Ça ne te rendra pas service de me contrarier je peux te le dire. Et puis je ne suis pas le genre de divinité à pardonner facilement... oui, tu es en très mauvaise posture.

Il avait relevé un regard sérieux vers elle, lui signifiant qu'il ne plaisantait pas le moins du monde. La dernière très longue mèche fut coupée et tomba au sol. Il se redressa pour s'asseoir, mais sa jambe n'était pas en accord avec ce projet : une violente décharge la lui parcourut, pour venir achever sa course dans le bas de sa colonne vertébrale. Avec un petit cri qu'il fut incapable de retenir, il abandonna cette idée et s'allongea sur le dos, respirant fortement pour oublier la douleur. Se montrer aussi pathétique devant quelqu'un d'autre... quelle honte. Cela lui faisait presque aussi mal que sa jambe.
Saloperie de corps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Dim 3 Jan - 19:01

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Mon sang ne fit qu'un tour lorsque je l'entendis s’effondrer au sol. Je me tourne vivement un soupçon d’inquiétude dans le regard. Heureusement le fameux Nekëlvesk semblait s'en remettre ça ne l'avait d'ailleurs pas empêché de continuer à parler.

Je le regarde alors continuer son monologue tout en se débarrassant de sa chevelure devenue beaucoup trop longue et encombrante. Une fois fini il entreprend de se lever mais finit par s'allonger son le dos, à bout de force de lutter contre la douleur, je suppose.

Je m'agenouille alors à côté de lui et caresse doucement du bout des doigts sa jambe défectueuse.

- Que t'es-t-il arrivé à la jambe ? Demandais-je sans réellement attendre de réponse.

Je remonte alors délicatement son pantalon afin de découvrir son membre douloureux. Tout les sentiments de haines que j'ai pu avoir envers cet homme se sont volatilisés pour laisser place à un l'instinct maternel que j'ai toujours eu au fond de moi. J'ai d'ailleurs toujours désiré avoir des enfants. Alors que les femmes de mon époque rêvent d'indépendance et de vie active moi mon rêve est d'être mère au foyer et de voir grandir mes petits bout'choux.

Je grimace voyant sa jambe recouverte de bandages imbibés de sang. Sans plus réfléchir j'attrape son sabre.

- Je te l'emprunte.

D'un geste vif je coupe le bandage et je le défait avec une grande délicatesse. Je tente avec toutes les précautions du monde de le retirer sans arracher ses chaires a vif, afin de ne pas lui infliger plus de souffrance qu'il en a déjà. Une fois débarrassée du bandage je contemple l'étendue des dégâts. Ses plaies étaient très salement infectées. Tu m'étonnes que sa jambe lui fasse souffrir. Comment espère-t-il que cela cicatrise dans cet état ?

Sans plus réfléchir je sors ma flasque d'alcool de ma poche et en boit une gorgée. Je retire mon blazer et lui fou dans la bouche.

- Serre les dents. Ça risque de piquer un peu.

Je vide alors la moitié du contenu de la flasque sur ses plaies, tout en tenant fermement sa jambe de mon autre main afin de l'empêcher de bouger.

Une fois fini j'attend que sa douleur s'estompe avant de le lâcher. Je retire alors mon chemiser me retrouvant alors en soutient-gorge devant lui sans la moindre gêne. Je commence donc à déchiqueter mon vêtement avec les dents afin de m'en servir comme bandage de fortune. Cela fait je bande alors ses plaies avec délicatesse.

Voilà qui est mieux. Je trouve le résultat de mon travail assez satisfaisant. Je le regarde avec un air candide -un peu moqueur et surfait- (chose qui dénote avec ma tenue actuelle)

- Et maintenant le bisou magique !

Je dépose alors un petit baiser sur la jambe de Nekëlvesk avant de baisser son pantalon pour la recouvrir. Je récupère mon blazer et l'enfile afin de ne pas rester à moitié nue et je range ma flasque dans ma poche.

- Fais moi signe quand la douleur est passé. Je te ramènerais chez toi.Je ne vais quand même pas te laisser là, seul et à moitié estropié. Dis-je en soupirant

Je viens alors m'allonger à coté de lui, les yeux levés sur le ciel.


Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Dim 3 Jan - 20:28


Aisuko se pencha vers lui et fit un geste qui arracha un frisson douloureux à Nekëlvesk. Même du bout des doigts, sentir qu'on lui touchait la jambe était une expérience fort désagréable.

- Que t'es-t-il arrivé à la jambe ?

La mâchoire crispée, il ne répondit pas immédiatement. De toute façon, il n'en eut pas le temps : elle remonta son pantalon et découvrit les bandages souillés. Il se sentit presque offusqué. Il ne lui avait pas donné l'autorisation de le toucher ! Soit, tout à l'heure, cela ne l'avait guère dérangé. Mais la situation était différente, là, ça faisait horriblement mal. Il songea qu'il devrait aller se plaindre au médecin de ne pas avoir été assez autoritaire avec lui. Sinon, il aurait écouté ses conseils et ne se serait pas retrouvé dans un tel état. La jeune femme attrapa son sabre, il voulut se redresser pour le lui reprendre - non mais, on ne touche pas à son sabre - mais en fut incapable. Qu'est-ce qu'elle comptait faire, au juste ? L'achever, comme un vieil animal malade ? Non non non. Si elle ne l'avait pas jeté du haut de la falaise tout à l'heure, elle n'allait pas commettre un... oh, il n'avait pas inventé de nom pour le meurtre d'un dieu. Un déuicide ici, maintenant. Il y aurait trop de preuves contre elle. Et sa colère aurait été terrible, car il y avait quelque chose de très humiliant à se faire assassiner.

- Je te l'emprunte, déclara-t-elle.

En effet il avait remarqué, et il n'aimait pas ça. Il épiait chacun de ses gestes avec un brin d'anxiété, et lorsqu'elle défit ses bandages, il étouffa une plainte de douleur. Foutu corps, pourquoi infliger ça à l'être suprême ? Cela dit, la colère fut remplacée par la stupéfaction lorsqu'Aisuko lui fourra son blazer dans la bouche.

- Serre les dents. Ca risque de piquer un peu.


Il ne devina que trop bien ce qui se trouvait dans la flasque qu'elle tenait à la main. Elle n'allait pas ?.... Ah, si. Elle avait osé. Alors que le liquide se déversait sur les plaies et que des flammes semblaient dévorer sa chair, un hurlement lui échappa, étouffé par le tissu. Mais qui était cette tortionnaire ?! Il voulut s'enfuir, mais elle le tenait fermement. Impossible de bouger. il ne sentait plus que cette hallucinante souffrance dans son membre blessé. Et c'était dire ; voir la jeune femme littéralement se déshabiller devant lui le consola à peine. Il voyait trouble, et en s'essuyant les yeux s'aperçut qu'il pleurait. Il eut un rire nerveux. Si elle s'en apercevait, adieu la crédibilité en tant que dieu dominateur.

- Et maintenant le bisou magique !

Nekëlvesk haussa les sourcils en la voyant faire, sincèrement interloqué. Elle n'avait tout de même pas espoir qu'un stratagème pareil fonctionne ? Il aurait préféré qu'elle lui fasse un bisou sur le front, il aurait eu une meilleure vue sur ses atouts. En y pensant, il secoua la tête. Diantre, c'était salir son honneur de penser à des choses pareilles avec une simple mortelle. Il lâcha le vêtement et le garda dans ses mains. Elle s'allongea à côté de lui ; comme pris d'un élan de panique, il se tourna dos à elle. Il n'avait toujours pas réussi à arrêter les larmes. Pourquoi avoir inventé une chose pareille ? Cela ne le mettait pas à son avantage. Il aurait pourtant dû prévoir ce genre de situation !

- Fais moi signe quand la douleur est passé. Je te ramènerais chez toi. Je ne vais quand même pas te laisser là, seul et à moitié estropié.


C'était trop aimable. Il ricana.

- Allons, je n'ai guère besoin que tu me ramènes à la maison ! (il s'aperçut que sa voix tremblait et se racla la gorge) Comme si j'allais demander l'aide d'une simple mortelle. Je ne suis pas un enfant.

Tout recroquevillé et larmoyant comme il l'était à cet instant, c'était pourtant bien ce à quoi il ressemblait. Heureusement qu'il n'existait pas d'autre divinité que lui : chez les grecs, tout l'Olympe se serait bien moqué de lui.

- Je n'ai pas pu protester à cause de ma condition physique, mais sache que, de plus, ce que tu as fait est tout bonnement inutile. En plus, je ne t'en ai pas donné l'autorisation. La nature m'a doté, en arrivant ici, de dons qui me coûtent : ces blessures sont condamnées à ne pas guérir. Au mieux, je peux ne pas les aggraver.

Il renifla, tout honteux. Sa position actuelle ne lui convenait pas du tout. Par dessus son épaule, il tendit son blazer à Aisuko.

- D'ailleurs, je n'ai pas créé les vêtements pour qu'on en fasse un tel usage. Tu n'es qu'une vile tentatrice ! C'est tout à ton honneur si je t'ai gâtée au moment de ta création, mais je te prierais de ne pas tenter de me salir, notamment comme tu as pu le faire tout à l'heure. Je te préviens, la prochaine fois, mon courroux sera terrible.

Il remuait pour retrouver son sabre, voulant se donner un peu de contenance. Il espérait qu'elle ne verrait pas ses yeux encore brillants, et pour s'en assurer, laissa un peu sa frange pousser - discrètement - afin de les cacher. Sacre, cette fichue arme était hors de portée et le moindre mouvement lui causait une douleur terrible. Il se sentit irrité. Ce n'était pas son jour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Dim 3 Jan - 22:19

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


Je ris doucement en l'entendant pester.

- T'es trop chou les yeux pleins de larmes ♥ Dis-je avec une voix faussement mielleuse

Je penche mon visage au dessus du siens et passe ma main sur son front pour dégager ses yeux de son épaisse frange. Je le fixe avec un sourire amusé aux lèvres.

- Arrête de gigoter dans tous les sens tu ne fais qu'empirer la douleur. Si tu veux quelque chose demande le moi et si tu es gentil j'accepterais peut être de le faire ! Je continue de le regarder de me prunelles azurs mon décolleté bien sous son nez.

Je me redresse et regarde ma guitare posée au loin. Je la fais se téléporter jusqu'à grâce à ma mèche de cheveux accroché à son manche. Je commence alors à gratter quelques accords en chantant un peu à tue tête.

- Come as you are, as you were,as I want you to be, as a friend, as a friend, as an old enemy, take your time, hurry up,the choice is yours, don't be late, take a rest, as a friend, as an old, memoria, memoria ~

Je continue de gratter jusqu'à se que l'envie de jouer me passe. Je tourne alors la tête vers Nekëlvesk.

- C'est bon tu te sens mieux on peut y aller ? Si tu ne te sens pas de marcher je peux toujours essayer de te téléporter jusqu'à chez toi. T'habite loin ?

Je me relève et remet en place ma guitare électrique dans mon dos.

Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Dim 3 Jan - 23:07

- T'es trop chou les yeux pleins de larmes !

Même si cela en avait l'air, ce n'était guère un compliment. Nekëlvesk pris un air mécontent. Dire qu'elle osait se moquer de lui, quelle inconsciente ! Honteux, il cherchait une remarque acerbe à lui balancer au visage. Elle lui dégagea le front, dévoilant ses yeux humides. Sa crédibilité était perdue à jamais, ça y est ; catastrophe.

- Arrête de gigoter dans tous les sens tu ne fais qu'empirer la douleur. Si tu veux quelque chose demande le moi et si tu es gentil j'accepterais peut être de le faire !

Il se moquait de faire empirer la douleur, il voulait son sabre. Jamais il ne s'abaisserait à lui demander quoi que ce soit, c'était à lui qu'on demandait les choses. Néanmoins, il fallait avouer qu'elle avait un très joli décolleté, sur lequel il ne pouvait guère s'empêcher de loucher quand elle le lui mettait sous le nez de cette façon. En dépit de ses grands yeux bleus. En une seconde, sans qu'il n'ait vraiment le temps de comprendre ce qu'il venait de se passer, il se retrouva quelques mètres plus loin avec elle. Son intérêt pour ce pouvoir bien pratique fit un peu passer sa mauvaise humeur. Aisuko se mit à chanter ; faible, il abandonna et resta donc allongé. De toute façon, il était à sa merci, actuellement. Et puis elle chantait bien, il fallait l'avouer. Elle finit par tourner la tête vers lui au bout d'un petit moment.

- C'est bon tu te sens mieux on peut y aller ? Si tu ne te sens pas de marcher je peux toujours essayer de te téléporter jusqu'à chez toi. T'habite loin ?

Il parvint tout juste à se redresser. Maintenant assis, il la regardait, s'efforçant de résister à l'appel de la vue en contre-plongée de la jupe ultra courte qu'elle portait. Les cheveux. Il fallait se concentrer sur ses cheveux. C'est vrai qu'ils n'étaient vraiment pas communs. Il affichait un drôle de sourire.

- J'habite loin... trèèèèès loin !

Il commença à repartir dans l'une de ses crises de fou rire. Son sérieux un peu repris, il la détailla de haut en bas.

- Je ne me suis pas présenté, je crois ? Nekëlvesk Narcosk Darsang ! On me connait mieux en tant que chef de la famille Darsang que dieu, malheureusement.

Oui, il était fier d'être haut placé dans la société. On lui accordait de l'attention, on le connaissait, et ça, il adorait. Il se doutait bien que cette Aisuko ferait l'indifférente, mais il était tout de même content de se présenter ainsi, et se préparait mentalement pour qu'elle ne lui gâche pas son plaisir. De nouveau, il faillit céder à l'appel de la jupe. Ah ! Non ! pas la jupe ! Les cheveux. Il fallait penser aux cheveux. Cette fille l'agaçait. On lui obéissait au doigt et à l'oeil, normalement. En fait non, elle ne l'agaçait pas : elle le frustrait. Il voulait se relever, être à la même hauteur qu'elle ; c'est pourquoi il fit un effort surhumain pour se mettre debout, tremblant. La douleur lui provoqua frissons et bouffées de chaleurs. Il n'allait pas tenir, il le savait.

- On n'aura pas besoin de toi, tu vois ? Je te l'avais dit !

C'était faux, et ça se voyait. Il s'éventait d'une main, avec le même sourire louche. Quelle horreur, ces limites physiques qu'un corps imposait. Rah, et il n'arrivait pas à s'empêcher de balader les yeux sur ce fichu décolleté !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Aisuko Atsaka

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 17

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Dim 3 Jan - 23:52

Aisuko Atsaka

« Traumatized by her mother's rape... »


- Je ne me suis pas présenté, je crois ? Nekëlvesk Narcosk Darsang ! On me connait mieux en tant que chef de la famille Darsang que dieu, malheureusement.

Qu-Qu-QUOI ?!!! Chef de la famille Darsang ?!! Rien que ça !! Attendez ! Le beau gars au caractère insupportable à qui j'ai faillit ôter la vie et pour qui j'ai eu un coup de foudre était le chef d'une des grande famille ?!!

J'ai eu un coup de foudre pour Nekëlvesk ?! Non c'est impossible ! Il est vrai que je ne peux pas m'empêcher de le reluquer, que je suis hypnotisée par ses iris sombre, que mon cœur tambourine dans ma poitrine quand il me regarde et que je devient toute rouge quand sa peau frôle la mienne, mais de là à dire que j'ai eu un coup de foudre ! C'est peut être un peut exagéré !

Après il est vrai que je ne suis jamais vraiment tombée amoureuse je ne sais donc pas ce que l'on peut ressentir dans ces moment là mais ça se n'est pas de l'amour ! ... Si ? Raaah !! J'en sais rien ! Ce qu'il peut m’énerver !

Dans tous les cas il est simplement hors de questions que j'accepte de tel sentiments à l'égard de cet homme ! Déjà car il est insupportable ! Et en plus car nous n'avons pas du tout la même classe sociale ! C'est un bourge qui vit dans un manoir et qui mange du foie gras et du caviar au petit déj' et moi je vis dans un trois pièces et je séduis des hommes pour leurs piquer leurs porte-feuille pour avoir de quoi vivre !

Nous n'avons strictement rien en commun ! Et puis comment je pourrait avoir un coup de foudre pour un mec pareil c'est tout bonnement impossible !

J'ai le visage écarlate et les yeux écarquillés alors que deux petits bonhommes sont en train de se battre à l’intérieur de ma tête. Il a fallut que Nekëlvesk se relève et se crispe de douleur pour me faire revenir à moi.

- On n'aura pas besoin de toi, tu vois ? Je te l'avais dit !

Voyant qu'il tient à peine debout je m'approche vivement de lui et lui fait passer un bras autour de mes épaule afin qu'il puisse s'appuyer sur moi.

-Arrêtez M. Darsang ! Vous allez finir par aggraver votre blessure laissez moi vous aidez.

J'attire son sabre avec le bout de mon pied avant de le ramasser et de lui donner.

- Tenez.

Je le regarde droit dans les yeux ne pouvant m'empêcher de rougir.

- Vous risquez très certainement de vous sentir étrange et désorienté après ça mais ça n'est qu'un mauvais moment à passer.  

Je m'agrippe à Nekëvesk et commence à me téléporter avec lui par accoups avançant à chaque fois d'environ 10 mètre. Une fois sorti de la forêt je me tourne vers lui.

- C'est par où maintenant ?


A vrai dire j'ignore se qu'il m'arrive. Ce n'est pas juste le fait qu'il soit chef de la famille Darsang qui me force à le respecter. Je pense qu'au fond de moi je m'en sers surtout comme excuse pour repartir sur de bonne bases avec lui...

Codage par Bambi, parce que vous le valez bien ♫


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nekëlvesk N. Darsang
Admin
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : Sous ton lit.

MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   Lun 4 Jan - 0:27


Nekëlvesk était troublé. Profondément. Il ne se serait pas attendu à un tel changement d'attitude de la part de la jeune femme. D'un autre côté, la satisfaction était immense. Et il ne s'en cachait pas. Elle accourut pour l'aider à se tenir debout. Il ne cracha pas sur cet appui.

- Arrêtez M. Darsang ! Vous allez finir par aggraver votre blessure laissez moi vous aidez.

Le vouvoiement ? Il adorait. Enfin, un peu de reconnaissance et de respect. Elle s'était enfin rendu compte de l'importance qu'il avait ? Qu'il valait mieux éviter de se jouer de lui ? Voilà, toute son irritation s'était envolée. Comme ça, d'un coup. Un peu de flatterie, c'était tout ce dont il avait besoin. Aisuko attrapa son sabre et le lui donna. Il s'en saisit comme si c'était son enfant, heureux de l'avoir de nouveau entre les mains.

- Vous risquez très certainement de vous sentir étrange et désorienté après ça mais ça n'est qu'un mauvais moment à passer.  

Elle semblait en proie à une véritable panique intérieure. Il haussa un sourcil, intrigué. Les humains étaient de bien drôles de créatures, décidément. Est-ce qu'elle voulait le tuer ou l'admirer ? Il n'eut pas le temps d'y songer, car elle commença à enchaîner les téléportation. Il comprit ce qu'elle entendait par "étrange et désorienté". Nekëlvesk avait plutôt l'impression d'être passé à la centrifugeuse.

- C'est par où maintenant ?

Il la regarda avec insistance, longuement, sans rien dire, l'air de réfléchir. Tant pis si elle n'avait pas sa réponse tout de suite. De toute façon, il aurait préféré avoir un peu le temps de se remettre de leurs voyages successifs. Elle lui rendait un grand service, il fallait l'avouer, et il devait trouver un moyen de l'en remercier. Bon, et aussi, il trouvait son pouvoir vraiment extrêmement pratique. Il l'étudia, le regard critique. Puis trouva. Oh oui, cette idée lui plaisait, et pas qu'un peu !
Il lui adressa un sourire lubrique.

- J'ai quelque chose à te proposer en échange de ce service ! Il est vrai que je ne t'ai pas autorisée à me toucher, me soigner, et tout le reste, mais tu m'as sauvé la vie et tu m'évites bien du mal. C'est pour cela que, dans ma grâce divine, je vais te pardonner. Je ne t'ai jamais vue au sein d'une autre famille. J'aurais retenu ta p... tes cheveux, ajouta-t-il d'un air entendu en s'efforçant de ne pas penser au décolleté, oui, c'est sûr. Il me semble que les gens vivent mal en ville ? Et si tu emménageais chez nous ?

Il plongea son regard dans le sien, assuré. Sa proposition était sérieuse, et il tenait à ce qu'elle s'en rende bien compte.

- Mais ! Il faudrait remplir une condition. Juste une, rien de méchant.


Son sourire, presque imperceptiblement, s'agrandit. Il avait un côté un peu effrayant, avec cet air sur le visage.

- Deviens l'une de mes prêtresses !

Elle allait accepter, c'était sûr. La proposition était si alléchante : prêtresse, c'était un honneur. Le plus grand qu'il pouvait faire à une femme, d'ailleurs. Toujours appuyé à elle, serein, il attendit calmement une réponse et, un brin amusé, la réaction de la jeune fille.[/color]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locked.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Personne ne pollue ma musique et mon oxygène ! [PV Nekëlvesk]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La musique au Moyen Âge
» musique amerindienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fates of Time :: À l'extérieur :: Les falaises-
Sauter vers: